AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




 

Partagez | 
 

 The Apocalypse is over - Katellie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
avatar
    Date de Naissance : 14/02/1987







Faites place à







MessageSujet: Re: The Apocalypse is over - Katellie   Jeu 10 Avr - 19:11

Katel pensait presque qu’elle allait assister au départ de l’autre jusqu’à ce que celle-ci ne commande de l’eau et deux shooters de vodka.

- Pour lutter contre la gueule de bois, expliqua-t-elle rapidement avant d’enfiler deux verres remplis d’eau d’une seule traite.

Le fait ne lui était pas inconnu, mais Diane ne voyait pas l’utilité de le commenter. La gueule de bois ne l’inquiétait pas pour le moment, bien que sachant pertinemment qu’elle le regretterait plus tard. Elle savourait l’instant, et boire de l’eau lui semblait tout à fait inapproprié vis-à-vis de ce qui l’avait amenée dans ce bar en premier lieu. Au diable la gueule de bois.

- Vous pensez trop. Il n’est même pas dix-neuf heures et nous sommes déjà en train de nous mettre la tête à l’envers, vous devriez oublier le reste. Si ce n’est pas possible, alors oui, je partirai. Sûrement pour m’acheter des frites, d’ailleurs. Mais pour le moment, je suis là. A vous parler.

Diane eut envie à la fois de se vexer et de rire, mais le sentiment ne dura pas et elle parvint à ne rien laisser paraître. Ce qui lui avait d’abord sauté aux yeux était l’ironie de la situation, compte tenu du fait que c’était à cause de la réponse de la blonde qu’elle en était venue à s’exprimer ainsi, donc elle la trouvait assez mal placée pour tenir pareils propos. Mais il lui vint après à l’esprit qu’elle-même n’était déjà plus dans le contrôle parfaitement total de ses pensées et dires, et qu’après tout, elle avait « lancé les hostilités ». Ceci dit, tout cela ne resta pas longtemps ancré dans son esprit. Elle resta en effet bloquée sur la mention des frites, qui, sans qu’elle n’ait pourtant particulièrement faim, lui faisaient bien envie. Du moins, jusqu’à ce que l’inconnue l’harponne du regard et se remette à parler :

- En tout cas, ne dites rien avant d’avoir bu. C’est un conseil. Et si vous n’aimez pas la vodka, je vous en prie, prenez autre chose : je vous l’offre. Je me sens d’humeur généreuse, ce soir…

Katel haussa légèrement les épaules, ne se sentant pas d’humeur à se prendre la tête pour si peu. Et puisqu’on lui proposait si généreusement de lui offrir quelque verre d’alcool qu’il soit, elle ne pouvait décemment refuser. De ce qu’elle se souvenait de ses expériences en la matière (elle préférait généralement un bon verre de whisky pur feu au reste), la vodka ne figurait pas parmi les alcools dont elle appréciait réellement le goût, mais ça importait peu à ses yeux à ce moment-là. De sa main droite, elle attrapa le shooter se trouvant devant elle et le descendit d’une traite. Elle sut aussitôt que ses joues venaient de rougir de plus belle et une certaine sensation de chaleur venait de faire son apparition. Elle était tout à fait consciente que les shooters étaient réputés pour provoquer une ivresse relativement rapide, et avec elle ses fameux effets secondaires de bonheur et d’allégresse. Pour autant, elle n’avait pas l’intention d’arriver à un état d’ébriété avancé trop rapidement. Du moins, pas pour le moment. La suite de sa soirée allait très certainement dépendre des réactions de sa voisine.

Les bras croisés sur le bar, elle se tourna à moitié vers sa voisine pour mieux la voir.

- Qu’est-ce qui vous passionne dans la vie ?

Katel ne savait pas d’où ça lui sortait. Pour une fois, elle essayait d’avoir un semblant de discussion avec quelqu’un autre qu’un membre de son cercle proche, lequel était très réduit. Mais vu la tête que tirait l’autre et ce qu’elle lui avait dit précédemment, elle n’avait sans doute pas choisi le bon moment pour faire un truc aussi inhabituel.

- Non en fait oubliez ça, corrigea-t-elle rapidement. Pourquoi n’êtes-vous pas directement partie acheter vos frites, si ça vous fait tant envie que ça ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
    Date de Naissance : 23/07/1987







Faites place à







MessageSujet: Re: The Apocalypse is over - Katellie   Dim 8 Fév - 22:13

Ellie était ravie : en lieu et place de réponse, son interlocutrice n’avait fait qu’hausser les épaules et descendre efficacement son verre. Il était tellement rare que les gens suivent les conseils qui leur étaient donnés… Sans attendre une seconde de plus, elle se hâta de boire son propre shooter. Il ne fallait surtout pas qu’elle aille plus loin dans ses réflexions. Fermant brièvement les yeux sous la puissance de l’alcool, elle les rouvrit sur sa voisine, à moitié tournée dans sa direction, et prête à poser une question à un million :  

- Qu’est-ce qui vous passionne dans la vie ?

Sans même essayer de consulter son reflet, Ellie sut qu’elle devait avoir l’air absolument consternée. En soi, la question n’était pas mauvaise. Elle était même sympathique mais Ellie venait de dire très clairement qu’elle ne voulait pas faire la conversation ou débattre de choses pseudo-profondes. Néanmoins, avant qu’elle ait pu se lever en disant qu’elle allait chercher ses frites, son interlocutrice rectifia le tir :

- Non en fait oubliez ça. Pourquoi n’êtes-vous pas directement partie acheter vos frites, si ça vous fait tant envie que ça ?

Ou eut l’impression de le faire. Tout en se servant un verre d’eau et en « oubliant » d’en proposer à sa voisine, Ellie évalua la meilleure façon de réagir à cette question. Devait-elle simplement l’ignorer comme elle était actuellement en train de faire ? Partir ? Encore autre chose à laquelle elle ne songeait pas là tout de suite? Son verre bu, elle décida que la dernière option était la plus pertinente et opta pour donner une explication à cette femme qui n’en méritait pourtant pas.

- Parce que vous me faites plus envie, répliqua-t-elle ainsi tranquillement, aussi naturelle que si elle lui avait indiqué son chemin.

Les raisons qui avaient poussé Ellie à faire ce choix étaient multiples : d’abord, si l’inconnue n’était pas de son bord, elle risquait de se sentir gênée et de partir, ensuite si l’inconnue était de son bord, elle pouvait se sentir gênée et partir, puis, finalement, si l’inconnue était de son bord, elle pouvait être favorable à une histoire d’un soir sans conséquences. Et après, partir. Dans tous les cas, Ellie estimait qu’elle serait gagnante. De plus, qui disait explication n’impliquait pas vérité et, ça, sa voisine ne le savait pas forcément ; même si Ellie avait bien envisagé avoir une aventure avec elle et ne serait en soi pas contre en avoir une, à la condition expresse qu’elle arrête de vouloir faire la conversation.

Certes, existaient également les possibilités que l’inconnue, de son bord ou non, décide de rester malgré tout, sans même vouloir coucher avec elle, mais ça aurait été sacrément malchanceux. Or, Ellie était déterminée à croire en sa bonne étoile : ce dont elle avait été témoin à son bureau devait être nécessaire pour que quelque chose d’absolument merveilleux lui arrive. Pleine de confiance, et commençant surtout à ressentir les effets de l’alcool dans cette exubérante assurance, elle reprit la parole avant que sa voisine ait pu dire la moindre chose :

- Au fait, je m’appelle Ophélia, annonça-t-elle dans un sourire à moitié moqueur, main tendue vers elle.

Chose qu’elle ne remarqua pas : tandis qu’elle avait l’impression de prendre le contrôle de la situation, Ellie s’effaçait au profit d’Ophélia et, derrière leur porte, Lester, Berlin et Tosky s’étaient brusquement tus. Tout ça parce qu’à l’heure actuelle, il ne restait plus, dans l’esprit d’Ophelia, que cette jeune femme blonde qu’elle avait envie de bousculer pour avoir la paix.

Sans s’en rendre compte, elle commençait à avoir ce qu’elle voulait si ardemment : oublier.

___________________________


I'm Ellie

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
    Date de Naissance : 14/02/1987







Faites place à







MessageSujet: Re: The Apocalypse is over - Katellie   Dim 21 Fév - 17:57

Quand l’autre blonde se servit un verre d’eau, Diane se fit la réflexion qu’après un bon shooter le goût ne devait vraiment pas être terrible. Qu’elle omette de la servir au passage lui convenait donc très bien. Mais visiblement cela permettait à l’inconnue de réfléchir, même si Diane ne voyait pas pourquoi diable elle mettait autant de temps à répondre. L’autre ne voulait pas vraiment parler, d’accord, mais pourtant elle restait là, avec elle qui continuait de lui poser des questions. Elle n’aurait pas offert de lui payer un verre si elle ne souhaitait pas rester, et le fait qu’elle ne soit pas tout à fait décidée à partir étonnait Katel. Dans le même temps, c’était quand même l’autre qui avait commencé à lui adresser la parole alors qu’elle-même n’avait rien demandé. Continue de rejeter la faute sur les autres, Kat. C’est pas comme si tu l’avais saoulée de tes problèmes et de tes analyses pseudo-psychologiques.

- Parce que vous me faites plus envie, répondit l’inconnue, balayant au passage la petite voix moqueuse qui venait de faire son apparition.

D’abord un brin surprise, Diane se sentit ensuite flattée. Apprendre que la jolie blonde qui lui tenait compagnie était certainement de son bord prouvait qu’un revirement de situation se produisait définitivement au moment où on ne s’y attendait pas. Sa beauté singulière, qu’elle avait déjà constatée peu après qu’elles aient commencé à parler, lui revint en pleine face. Une histoire d’un soir ne pouvait décemment pas lui faire de mal. Ce n’était pas comme si elle cherchait une relation de longue durée où elle risquait encore de se faire manipuler. Après tout, si elle ne la revoyait pas après, Katel pouvait bien se servir de cette rencontre qu’elle avait d’abord mentalement qualifiée d’inopportune pour que sa soirée, déjà un peu embellie par l’alcool qu’elle avait ingurgité, se termine en beauté. Qui sait, peut-être même que cela lui permettrait de se sentir moins misérable le lendemain, comme elle le supposait déjà.

Katel se sentait comme revigorée et toute dans ses pensées qu’elle était, elle ne remarqua même pas que sa voisine aussi reprenait de l’assurance jusqu’à ce qu’elle reprenne la parole :

- Au fait, je m’appelle Ophelia.

Kat aima aussitôt le prénom de la blonde, sans qu’elle ne sache trop pourquoi. Elle avança sa propre main sans tarder pour serrer celle qui lui était tendue.

- Diane Katel, se présenta-t-elle à son tour.

D’ordinaire elle aurait simplement choisi d’être Diane aux yeux d’une moldue qu’elle connaissait à peine. Et pourtant, la voilà qui lui balançait ses deux prénoms, comme s’il s’agissait d’un prénom composé qu’elle utilisait régulièrement. Quand elle y repenserait, Diane verrait sûrement en cette initiative l’envie d’être vraiment différente avec Ophelia, puisque la soirée, tant dans son déroulement que dans son propre comportement, n’avait rien d’habituel. Mais sur le coup, elle haussa simplement mentalement les épaules. La blonde avait ainsi le choix. Ce qu’elle laissait d’ailleurs rarement aux autres pour qui elle était soit Diane, soit Katel. Mais ça, Ophelia n’avait pas besoin de le savoir. La blonde lui avait bien fait comprendre que la conversation, ce n’était pas ce qu’elle recherchait. Et puisque l’alcool faisait son effet et que la soirée tendait vers un dénouement où l’usage des mots n’était pas requis, elle n’aurait pas vraiment besoin de parler non plus pour oublier. Sur ce point, Diane allait donc arrêter d’aller dans le sens inverse des désirs d’Ophelia et s’en tenir au strict minimum. L’idée lui plaisait d’ailleurs déjà.

Mais elle avait quand même bien envie de frites, maintenant qu’elle y repensait. Jugeant qu’abandonner les deux shooters de tequila qu’il leur restait faisait office de gaspillage, elle en avança un devant chacune d’elle avant de boire le sien d’une traite.

- Vous avez toujours envie de frites ? demanda-t-elle d’un relativement sérieux, presque moqueur, en se tournant vers sa voisine. Parce que moi je ne dirais pas non.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
    Date de Naissance : 23/07/1987







Faites place à







MessageSujet: Re: The Apocalypse is over - Katellie   Lun 22 Fév - 19:29

Leurs mains se serrèrent. Ophélia apprécia la fermeté de Diane Katel. C’était d’ailleurs la première fois qu’elle entendait ce prénom, mais elle trouva qu’il allait bien à son interlocutrice. C’était peut-être long à constamment prononcer, mais il y avait fort à parier que les gens jetaient généralement leur dévolu sur un des deux, voire sur un diminutif. Comme Kat, par exemple. Le nom s’était imposé à Ophélia, mais elle le chassa bien rapidement de son esprit tandis qu’elle prenait la décision d’appeler la jeune femme Diane. Ou rien. C’était tout aussi bien, vu qu’elle ne voulait pas non plus l’encourager à parler. Elle réalisa alors que Diane n’avait semblé ni choquée ni dégoûtée par le gringue frontal qu’elle venait de lui faire. Il y avait donc moyen pour Ophélia de garder son esprit occupé jusqu’au petit matin.

Un shooter glissa devant elle et son regard se releva dans celui de Diane, qui l’observait les yeux rendus brillants par l’alcool mais l’expression sérieuse. Elle songea à l’absurdité de leur situation, se demandant ce qu’elle en penserait une fois les idées claires, mais Diane avala son shooter cul-sec et Ophélia l’imita aussitôt, spontanément. Elle avait déjà oublié ce à quoi elle pensait tandis qu’elle se sentait mieux à chaque seconde qui passait. Avait-elle surestimé sa résistance à l’alcool ?

- Vous avez toujours envie de frites ? demanda soudain Diane en se tournant vers elle, son visage hésitant entre la neutralité et la raillerie. Parce que moi je ne dirais pas non.

Ophélia hocha la tête avant de se resservir un verre d’eau qu’elle but directement. La tête commençait à légèrement lui tourner et même si elle n’avait plus vraiment envie de frites, manger lui semblait être une excellente idée.

- Je connais quelqu’un qui en fait des fabuleuses, assura-t-elle en fouillant dans ses poches à la recherche d’argent.

Ses doigts se refermèrent sur un billet de 20 livres qu’elle plaqua sur le comptoir, son regard jaugeant à la réaction du barman si c’était suffisant. Cela sembla l’être et elle se leva de son tabouret avec une légère hésitation qu’elle espéra ne pas être trop apparente. Son regard tomba sur les fenêtres du pub et la nuit lui fit regretter de ne pas avoir pris son manteau avant de quitter le cabinet des L. Tant pis, elle survivrait bien sans. L’alcool l’y aiderait. L’alcool ou Diane, se corrigea-t-elle en laissant celle qui n’était plus tout à fait une inconnue ouvrir leur marche. De dos, elle était aussi belle que de face. Ophélia avait l’impression que rien n’était esthétiquement à corriger chez elle. Tout était à sa place, rien ne manquait.  

La porte passée, le léger vent automnal la fit frissonner sous le regard indifférent de Diane. Lui adressant le sourire qu’elle réservait à celles qu’elle voulait conquérir, Ophélia décida qu’il était temps pour elle de se fixer un objectif et de s’y tenir. Lester et Berlin pouvaient aller au diable avec Ellie et Totsky. Elle allait se construire la meilleure des armures en utilisant la plus vieille des distractions. La séduction.

- Vous me suivez, Diane ? demanda-t-elle, les épaules souples, la silhouette plus droite.

Quelques secondes passèrent avant qu’un léger sourire ne lui réponde et elles commencèrent à marcher en direction du snack dont Ophélia avait vanté les mérites. Une dizaine de minutes plus tard, elles étaient assises l’une en face de l’autre, une généreuse portion de frites entre elles et même si elles ne discutaient pas, Ophélia se sentait bien. Elle avait désormais la certitude qu’elle ne se coucherait pas seule, ce soir-là.

L’esprit vagabond, elle rembobina mentalement sa soirée, anesthésiée par l’alcool qui coulerait encore quelques heures dans ses veines. Elle réalisa que ne pas rentrer chez elle, ne pas s’isoler avait sûrement été la meilleure décision qu’elle avait prise, ce mois-ci. Sa peur de dépendance à autrui l’avait renvoyée dans les bras d’un autre cauchemar, Totsky, mais elle avait réussi à s’affranchir des deux tandis qu’elle interagissait avec Diane. Diane qui n’avait d’ailleurs pas essayé de cacher que ce n’était pas sa soirée à elle non plus.

Leurs mains se frôlèrent alors qu’elles reprenaient chacune une frite et Ophélia se promit de lui demander ce qui lui était arrivé, le lendemain matin. A cet instant, elle ne s’en sentait pas la force mais de l’eau aurait coulé sous les ponts dans douze heures. Il n’y aurait même plus d’alcool dans leur organisme, dans douze heures. Elles auraient digéré les révélations qui les avaient tant bousculées. Leurs apocalypses seraient finies.

___________________________


I'm Ellie

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






Faites place à

Contenu sponsorisé






MessageSujet: Re: The Apocalypse is over - Katellie   

Revenir en haut Aller en bas
 

The Apocalypse is over - Katellie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naboo :: 
Présent
 :: Bars & Restaurants :: Pubs
-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit