AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




 

Partagez | 
 

  « Call me your Demoniac Angel » || Norah Jones

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar






Faites place à

Invité



Invité



MessageSujet: « Call me your Demoniac Angel » || Norah Jones   Dim 9 Jan - 16:49

Norah Jones


Nous rêvons de papillons dorés qui nous transporteraient aux portes du paradis.
Moi, je rêve de l'Enfer, car je sais qu'il n'est fait que de lambeaux de Paradis.

Nom complet : Norah Jones
Date de naissance : le 1er avril 1991
Nature : Humaine
Avatar : Nina Dobrev

« When you look at me? »


Norah attire les regards, indéniablement. Avant même d’avoir croisé le regard inhumain de la jeune femme, on ne peut se leurrer sur son physique – divine est l’adjectif qui vous viendra à l’esprit, et ce à coup sûr. Dotée de yeux noirs de jais perçants et de cheveux tout aussi sombres, ainsi que d'une bouche fine qu'elle aime à utiliser en une moue cynique et résignée, la jeune femme est indéniablement désirable, et se donne un air faussement innocent qui peut mettre assez mal à l'aise, car il n'est pas rare que son aura contraste avec l'impression qu'elle souhaite donner. Elle est aussi grande qu'un mannequin, fine comme il le faut, Norah frôle la perfection. Aussi habile qu'un félin, on peut souvent la confondre avec ce mammifère, rusé et cruel. Car, en plus d'être séductrice, elle était aussi manipulatrice, et peu de personnes se rendaient compte à temps des pouvoirs de son charme, qu'elle usait à mauvais escient. Norah aurait très bien pu être la plus belle femme du monde, mais elle préférait rester caché, c'était pourquoi elle ne perdait rarement de temps à se maquiller, sachant pertinemment qu'elle n'avait pas besoin de cela pour plaire. Rien que sa peau d’une blancheur impressionnante et ses yeux, beaux au-delà de l’impossible, suffisent à la rendre merveilleuse. Néanmoins, elle aimait sortir, pour s'amuser, et à ces moments là, on découvrait une nouvelle Norah, encore plus éblouissante que d'habitude.

En général, elle portait des vêtements noirs. Mais, il lui arrivait de s'habiller de couleurs farfelues. En fait, selon son humeur, la brune se revête de vêtements tout aussi différents les uns des autres. Rien qu'en la regardant, on devinait que Norah était quelqu'un de complexe. Quelqu'un dangereusement magnifique, et effroyablement complexe.


« You think you know me? »


La première chose à savoir sur Norah, c'est qu'elle n'a aucune pitié. La demoiselle collectionne les traits de caractère péjoratifs. Rancunière, agressive, glaciale, cynique, sarcastique, sadique. Plus dangereuse qu'une mer déchaînée, elle est source de beaucoup de craintes au sein de la ville, et n'a pas son pareil pour mettre mal à l'aise et inquiéter les autres habitants. Norah agit dans l'ombre, mais sans aucune lâcheté. Elle s'est faite sa place à Londres, et compte bien la garder. Perfide, elle n’hésite pas à éliminer les gens qui s’opposent à elle et l’a déjà fait à plusieurs reprises, sans se priver de la joie de les faire souffrir avant de leur assener le coup fatal. Norah a depuis longtemps renoncé à mener une existence normale, trop affamée de drames de risques et de dangers. Enfermée dans un cocon fait de charbon et d'acier, son organe vital lui sert à envoyer du sang dans ses artères, c'est tout. Un objet fonctionnel. Elle a complètement renoncée aux sentiments et préfèrent de loin ne rien ressentir. Les émotions qui la submergent sont seulement des sentiments de haine, de colère et de manque. Elle s'oppose à toute forme d'amour, trouvant cette image complètement inutile dans le monde dans lequel elle vivait. La seule personne qu'elle affectionnait était son père, celui qui lui avait tout appris, alors qu'elle venait tout juste de perdre sa mère.

La mort. Une raison de plus pour laquelle Norah détestait les humains. Car ils étaient fragiles, au point de ne pas pouvoir résister au simple fait de ne plus avoir le cœur qui bat. Quelle stupidité ! Pourtant, la brune ne peut s'empêcher d'aimer la vie, d'aimer ce qui l'enture. Oh, bien sûr, Norah ne montre jamais cette partie de sa personnalité. Elle en a d'ailleurs honte. Mais pourtant, elle ne parvient pas à la faire disparaître. En fait, il y a deux Norah. La Norah effrayante, et celle qui n'a toujours pas perdu espoir.


« My story will be yours »



Une nuit de printemps, en 1991. En plein cœur de Manhattan, une femme arriva près de chez elle, après plusieurs jours d’absence. Les mains prises par ses valises, elle est suivie par un homme, sans doute son mari, qui lui portait quelque chose de bien plus précieux. En ouvrant la porte, Anya Jones retrouva cette chaleur, cette odeur qu’elle connaissait trop bien, et toutes les petites choses qui donnaient à sa maison cette ambiance qu’elle aimait tant, cosy et moderne à la fois. Elle posa alors ses valises près de l’entrée avant de se précipiter vers les deux personnes, qui étaient à présent les plus chers à ses yeux. La jeune femme déposa un court baiser sur les lèvres de son mari avant de prendre ce qu’il tenait dans ses bras et de le câliner doucement.

« Enfin sortie de cette hôpital ma petite puce…Bienvenue chez toi Norah ! »


Cette petite fille était née le premier avril dernier et allait faire le bonheur de ses parents, qui avaient attendu cet événement depuis si longtemps. Ils étaient d’ailleurs, déjà sur d’une chose, c’est que cette petite demoiselle n’allait manquer de rien. Avec une mère, journaliste et un père avocat, ils en étaient sur…et c’était bien la seule chose d’ailleurs. Norah Jones s’épanouissait tout doucement, devenant une fillette joyeuse, pleine de vie et se révélant être une petite passionnée pour la littérature et les arts. À deux ans, elle avait déjà appris à lire, et savait compter correctement jusqu’à la centaine. Très vite, elle développa une faculté impressionnante à agir et réfléchir par elle-même, si bien qu’elle devint indépendante et autonome, pour le plus grand plaisir de ses parents qui la laissaient quelques fois, lorsque leur travail les demandaient. Norah se souvenait d’ailleurs des absences incessantes de sa mère, qui devaient toujours partir en voyage d’affaires. Son père, William Jones s’occupait à merveille de sa petite fleur. Il l’aimait et ne lui cachait pas. Il cédait à chacun de ses caprices, lorsque Anya n’était pas là, et Norah commença à prendre goût à cette nouvelle vie de duo avec son géniteur. Elle en oublia même sa mère, qui était partie depuis déjà deux mois en Sibérie, pour une raison secrète. Alors, lorsqu’un soir d’hiver, où l’ai était glacial, et que la cheminée ronronnait dans le salon, on frappa à la porte, Norah était loin d’imaginer ce que c’était. William qui était occupé à préparer du chocolat chaud dans la cuisine alla ouvrir. Un cri d’effroi alerta alors la petite fille qui accourut vers son père. Celui-ci tenait dans ses bras Anya, qui perdait énormément de sang. Une énorme plaie recouvrait on ventre, et William s’empressa d’amener sa femme à l’hôpital, tandis que Norah resta chez elle. Ne comprenant pas trop ce qu’il se passait, elle continua de faire comme si de rien n’était. Elle était d’ailleurs plutôt déçue du retour de sa mère, cela signifiait que la liberté était terminée, et ça, Norah ne pouvait l’accepter. La brune, avait à seulement trois ans, déjà acquis un caractère très fort et une personnalité répondante. Elle tenait à sa vie de libertine et avait un plan pour la garder.

Anya revint à la maison trois jours plus tard. Pendant ces trois jours interminables, William ne cessait de faire des allers-retours ente l’hôpital et la maison. Il finit par expliquer à Norah ce qu’il se passait, et lui raconta ce qui était arrivé à Anya. Lors du retour de la journaliste aux États-Unis, elle eut un accident à l’aéroport. Un homme lui vola sa mallette de travail, et lui donna un énorme coup de couteau à l’abdomen. Dans cette mallette, il y avait des informations très secrètes sur des personnes capables de voyager à travers le temps: les Vagabonds. C’était pour eux, que Anya était partie si longtemps. Malheureusement, les humains, ne sont pas censés connaître l’existence des voyageurs du temps, et il ne fallait surtout pas transmettre ces informations à la télévision. C’est pourquoi on s’était attaqué à Anya. À présent, elle était hors de danger, mais... le coup de couteau avait été très profond, et elle avait perdue énormément de sang, avant de réussir à rentrer à la maison. C’est pourquoi, la mère de Norah risquait de mourir dans quelques jours. C’était pourquoi, il fallait profiter des derniers moments qu’il restait à la famille, pour s’aimer.

Alors qu’Anya dormait paisiblement dans sa chambre, Norah jouait avec ses poupées. Son père était parti faire quelques courses et, avait demandé à Norah de veiller sur la maison. La petite fille prenait cette tâche très à cœur, et tenait près d’elle un couteau de cuisine. Elle avait vue dans les films, que cet ustensile pouvait s’avérer très utile. Après un moment de silence, elle entendit un fracas assourdissant venant de l’étage supérieur. Aussi vite que possible, avec ses petites jambes, la brunette grimpa les marches pour arriver jusque dans la chambre de sa mère, d’où le bruit provenait. Lorsqu’elle entra, elle vit un homme qui portait des vêtements très noir. C’était un homme brun, mais elle ne parvint pas à discerner correctement les traits de son visage. Elle vit juste qu’il portait un anneau à son doigt, comme les bagues des Vagabonds dont lui avait parlé William. Alors, qu’il allait tuer sa mère, armée d’un couteau, Norah cria. L’inconnu, effrayé et surpris, s’arrêta dans son geste et regarda la gamine un moment. Il ne bougea pas. Mais, après quelques secondes, il laissa tomber son couteau et s’enfuit par la fenêtre. Se contrôlant, Norah courut jusqu’au chevet de sa mère. Elle remarqua alors que celle-ci avait les yeux grands ouverts, mais qu’elle ne respirait plus. Elle chercha son pouls, mais il n’y avait aucun battement, c’était terminé. Alors, Norah, sans s’en rendre compte, attrapa le couteau de l’étranger, et de ses deux mains, elle planta les deux poignards dans le cœur de sa mère. Elle resta un moment à regarder le sang couler, à rire, à pleurer, à parler toute seule. Puis, elle entendit son père rentrer. Mais, elle n’alla pas l’accueillir comme d’habitude. Elle resta dans sa chambre, et attendit que William vienne à elle. Lorsque celui-ci entra dans la pièce, il s’arrêta net, sentant l’odeur du sang. Il comprit aussitôt qu’un homme avait pénétré dans la maison, mais, ne s’en préoccupa pas et alla aussitôt vers sa femme. Il sanglota longtemps, et Norah ne comprenait pas pourquoi. Elle était là, elle. Et de toute façon, Anya les avait oublié !

Après de longs mois de deuil, William revint enfin à lui. Rien ne redevint comme avant. Alors que Norah aurait du aller à l’école, William préféra lui faire faire des cours à domicile. Il lui enseigna l’histoire, l’anglais, le français, les mathématiques... mais les cours préférés de la jeune fille étaient ceux des sports de combat. Elle excellait dans ce domaine. Son père lui apprenait toutes les techniques imaginables et elle devint très vite dotée d’une ingéniosité hors-pair. À ses seize ans, elle aurait pu concourir pour obtenir une médaille d’or, mais son père en avait décidé autrement. Un jour, il lui demanda de s’assoir près de lui. Il avait vieillit. Des cheveux blancs menaçaient de recouvrir toute sa chevelure, et parfois quelques rides se dessinaient sur son visage autrefois si lisse. Il soupira un long moment avant de prendre la parole.

-Ma petite fille.. Tu sais, si.. je t’ai appris tout ça. Si je t’ai permis de vivre des choses beaucoup plus intéressantes que les autres de ton âge apprennent.. C’est pour que tu venges ta mère. Je veux que tu retrouves son assassin, et que tu le tues. Ce n’est pas malsain, c’est humain, et je sais que je peux te faire confiance. Je te promets, qu’après cela, nous pourrons être heureux comme avant. Je te promets, que ce sera comme si rien ne s’était passé.


Norah trouvait que William n’était pas passé par quatre chemins pour lui exposer ses volontés. Mais, la brune aimait tellement son père, qu’elle ne pouvait rien lui refuser. Si bien qu’elle accepta. Elle quitta sa maison, avec un simple sac à dos, à seulement seize ans. Elle erra alors dans tous les États Unis, à la recherche de l’homme qui avait osé pénétrer dans sa maison, mais ce n’était pas facile. Le monde lui était inconnu. Dehors, elle était vulnérable. C’est pour cette raison qu’elle cessa de sourire, qu’elle cessa de rire, qu’elle cessa d’être heureuse. Pour se protéger. Si bien qu’elle devint cruelle, se souvenant de l’acte qu’elle avait commis dans la chambre de sa mère. Parfois, la culpabilité la rongeait, mais jamais, jamais elle ne regrettait. Lorsqu’elle appris la mort de son père, ce fut horrible. Elle sentait le monde s’écrouler autour d’elle, et elle n'avait qu’une envie se tuer à son tour, pour rejoindre son paternel. Mais bien sûr, elle se souvenait de sa promesse. C’est pourquoi, Norah s’en alla du continent américain. Pour pouvoir tourner une page de sa vie et entamer un nouveau parchemin. Ce qu’elle promettait, c’était que Londres allait accueillir un diable, un démon, une créature effroyable, et elle conseillait tous les habitants de se cacher, de rester loin d’elle, ou alors, ils vivraient tous la même fin que sa mère... en pire, en bien pire.




« Derrière l'écran »


Je suis Elly, la fondatrice de MIH. Je me connecte tous les week-ends, sans exception. J'ai quinze ans. J'ai crée Norah parce que mon ange me l'a demandé, parce que Norah & Jayce, parce que Noyce ! J'espère qu'elle vous plaira, si ce n'est pas le cas: Tant mieux !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
    Date de Naissance : 03/05/1989







Faites place à







MessageSujet: Re: « Call me your Demoniac Angel » || Norah Jones   Dim 9 Jan - 18:25

Norah,

Je suis tout à fait certain que tu n'es pas quelqu'un de mauvais intrinsèquement parlant. C'est ton éducation et les évènements que tu as du affronter qui t'ont forcée à évoluer de la sorte mais il y a toujours un moyen de repousser ce qui nous ronge pour nous en affranchir. Si tu veux, je pourrais t'aider à faire cela mais si ça ne t'intéresse pas, ne me contacte pas. Je n'ai pas de temps à perdre avec quelqu'un qui chercherait à me mener en bateau,

Cordialement,

Eliott Saint-James
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar






Faites place à

Invité



Invité



MessageSujet: Re: « Call me your Demoniac Angel » || Norah Jones   Dim 9 Jan - 18:34

Norah, Norah...
que dire ? J'ai l'impression que nous avons certains traits de caractère communs. Peut être pourrions-nous bien nous entendre. Tu sembles être quelqu'un d'assez complexe à comprendre, cela m'intrigue. Surtout le fait que la mort de ta mère ne t'ai pas touchée... Je ne sais pas si je désire te rencontrer un jour, tu serais capables d'essayer de me tuer avant même que je ne puisse dire un mot. Peut-être que nos routes se croiseront...
Cordialement,
Némésis Hell.
Revenir en haut Aller en bas
avatar






Faites place à

Invité



Invité



MessageSujet: Re: « Call me your Demoniac Angel » || Norah Jones   Dim 9 Jan - 18:38

Eliott,

Tu as beaucoup d'audace pour oser me parler ainsi . Et d'ailleurs, ça m'intrigue que tu ne sois pas.. effrayé par moi. Je te promets de faire changer cela. Je ne pense pas avoir le besoin, ni l'envie de croiser ta route. Tu ne m'as pas l'air intéressant non plus, et de plus tu es un Vagabond, je déteste les vagabonds. Je serais toi, je resterais loin de moi ! Au risque d'y perdre ta vie !

Némésis,


Rassure-toi, je ne tus pas sans intérêt. Je pense que si tu n'es pas aussi stupide que tes camarades voyageurs du temps, nous pourrions nous entendre, effectivement. Mais, si je me rends compte que tu n'es d'aucune valeur, mieux vaut pour toi rester à l'écart de mes affaires. D'ailleurs, sache que la mort de ma mère était inutile à mes yeux, puisque pour moi je n'avais pas de mère, juste mon père. Je pense que tu es quelqu'un d'intelligent et d'intéressant. Une rencontre pourrait donc être possible.
Norah J.
Revenir en haut Aller en bas
avatar






Faites place à

Invité



Invité



MessageSujet: Re: « Call me your Demoniac Angel » || Norah Jones   Mar 11 Jan - 17:32

Norah.. Norah.. Bienvenue ?

Non, effectivement, je ne te souhaite pas la bienvenue mais je vois d'or et déjà que tu connais l'histoire des vagabonds, pauvre de toi, ta mère la simplement mérité, c'est bien dommage.. pour toi, succulante jeune femme. Tu me plaîs, totalement, ton caractère et ton diabolisme, ta soif de vengeance, qui sait.. peut-être que tu retrouveras l'assasin, mais ne t'attend certainement pas à le tuer, une simple humaine affrontant un vagabond, c'est purement ironique de croire cela. Je ferais tout ce qui est dans mon possible pour te croiser, une parole que je compte bien tenir.

Au très grand plaisir de te croiser, ma ravissante.



Jayce. Y Dowson
Revenir en haut Aller en bas






Faites place à

Contenu sponsorisé






MessageSujet: Re: « Call me your Demoniac Angel » || Norah Jones   

Revenir en haut Aller en bas
 

« Call me your Demoniac Angel » || Norah Jones

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naboo :: Présentations :: Autres-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit