AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




 

Partagez | 
 

 God Must Hate Us - Nemesis & Aloysius

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar
    Date de Naissance : 06/01/1992







Faites place à







MessageSujet: God Must Hate Us - Nemesis & Aloysius   Dim 9 Jan - 16:47



I'm gonna break the cycle
I'm gonna shake up the system
I'm gonna destroy my ego
I'm gonna close my body now

A peine arrivé devant l’une des nombreuses entrées menant au Vieux Parc, Aloysius Vasteels sortit son couteau fétiche de sa poche et ouvrit légèrement sa lame avant de recommencer à marcher pour enfin pénétrer dans les lieux. Ce n’était pas la première fois qu’il venait là, ça ne serait sûrement pas la dernière non plus à moins qu’il n’y meure stupidement, et il avait donc acquis un certain nombre d’habitudes liées à l’endroit. Préparer son arme avant d’y entrer était la première de celle-ci et certainement l’une des plus importantes s’il voulait rester en vie. Délaissant, sans un regard pour lui, le reste de chemin principal que l’on pouvait encore apercevoir malgré l’abandon relativement avancé du parc, le jeune homme obliqua vers un bosquet d’arbres à l’aspect peu engageant et son pas devint automatiquement plus souple alors que son corps se mettait en conditions pour chasser. L’excitation fit, comme à chaque fois, battre son cœur un peu plus fort mais le Vagabond se reprit rapidement et commença à observer les alentours avec convoitise. Ca faisait quelques jours qu’il n’avait pas eu l’occasion de jouer de la lame et c’étaient quelques jours de trop. Continuant d’avancer furtivement, il eut enfin le plaisir d’entendre des bruits autres que le sien. Son cœur se figea une seconde avant de reprendre à une allure très modérée alors qu’il avançait en direction des sons étrangers. Le plus silencieusement possible, il écarta une branche de sapin qui lui cachait encore la vue et son regard tomba immédiatement sur un chien de taille moyenne, au pelage marron foncé. Même s’il aurait apprécié se trouver à quelque chose de plus dangereux, Aloysius jugea que l’animal était amplement suffisant pour se remettre en jambes.

Sortant de la poche de sa veste un sac plastique précautionneusement fermé, il défit le nœud et une odeur de viande jaillit aussitôt dans l’air ce qui titilla inévitablement l’odorat surdéveloppé du chien. L’animal se tourna vers le Vagabond qui lui désigna le sac à l’arôme si alléchant avec un sourire avenant. Le chien s’approcha d’abord avec méfiance de l’origine de l’odeur puis sauta avec souplesse sur le jeune homme dans le but de récupérer la nourriture. Ayant prévu le coup, Aloysius se laissa tomber sur le sol avec son assaillant avant de refermer sa prise sur lui, de la même façon que s’il l’enlaçait. Un grimace déforma son visage lorsque une mâchoire puissante sur referma sur son épaule, cependant le sang ne coula pas, son torse étant heureusement protégé par une légère mais toutefois solide armure d’escrime. Sans laisser le temps au chien d’essayer de s’attaquer à son visage, Aloysius assura sa prise sur le couteau, finit de déplier entièrement la lame d’un geste rendu aisé par l’habitude et la planta maladroitement dans la nuque de l’animal. Un liquide chaud et épais commença aussitôt à couler sur ses doigts. Il en profita pour repousser l’animal gémissant et finit de lui trancher la gorge d’un mouvement souple du poignet tout en poussant un soupir de contentement. Ca faisait vraiment beaucoup de bien de renouer avec sa nature profonde. Se relevant avec un sourire ravi sur les lèvres, il essuya le sang de ses mains sur son jeans sombre et sortit un mouchoir pour les taches de sang qui décoraient son charmant visage avant d’attraper le sac rempli de boulettes de viandes qui avait attiré sa victime. Cela fait, il reprit sa route d’un pas plus insouciant qu’auparavant, le couteau à la lame sanglante toujours dépliée dans sa main gauche. Il y avait de fortes chances pour que l’odeur métallique attire de nouveaux adversaires, plus gros et plus dangereux et Aloysius était tout à fait comblé par cette perspective.

D’un geste machinal, il fit tourner l’anneau qu’il portait comme une alliance à sa main droite tout en veillant à ne pas le déclencher et continua à s’enfoncer dans le parc, sans ressentir une once de peur. Il parcourut deux kilomètres, équivalents à une trentaine de minutes de marche, sans trouver la trace de la moindre âme qui vive et son euphorie baissa considérablement en conséquence. Il allait devoir se frotter aux abords de la forêt, ce qui ne lui plaisait qu’à moitié. Malgré tout son courage ainsi que son côté un peu suicidaire sur les bords, le jeune homme ressentait une certaine crainte dès qu’il s’approchait de trop près de l’endroit. Alors qu’il connaissait quasiment par cœur l’ensemble du sinistre et vaste parc, il n’avait osé s’aventurer dans la forêt que d’une dizaine de mètres avant de tourner vivement les talons, en proie à une peur pourtant tout à fait irrationnelle. C’était l’une de ses plus grandes hontes mais il s’employait à la combattre un peu plus chaque fois qu’il en avait l’occasion. Sauf qu’aujourd’hui, il n’avait pas envie de faire l’effort alors lorsqu’il arriva à la lisière du lieu, il jeta un coup d’œil dedans et longea son bord jusqu’à arriver à une petite clairière où séjournaient habituellement des troupeaux d’herbivores plutôt paisibles et faciles à tuer, ce qui était assez déstressant. De plus, qui disait « herbivores paisibles », disait également « prédateurs intéressants » et cette addition sonnait aux oreilles d’Aloysius comme une délicieuse promesse. Sauf que lorsqu’il arriva à la clairière, il y trouva simplement une jeune femme de dos et dont la longue chevelure blonde dansait dans le vent. Agacé, il avança vers elle d’un pas raide et la retourna vers lui sans égards :

- Je peux savoir ce que vous faites, là ?

___________________________

I will never die. I will never lose.

I will never be defeated.



I'm Aloysius, God, Vasteels.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar






Faites place à

Invité



Invité



MessageSujet: Re: God Must Hate Us - Nemesis & Aloysius   Dim 9 Jan - 18:20

Elle avait entendu beaucoup de rumeurs sur cet endroit. Des personnes disparues, des créatures étranges... Tout cela avait attisé sa curiosité naturelle. Némésis avait pris goût au futur, à la solitude et au désespoir qui y régnaient. Elle s'y réfugiait souvent lorsqu'elle voulait être seule, et s'était vite habituée au climat des lieux. Le Vieux Parc l'intriguait, et elle avait décidé de se lancer dans l'exploration de cet endroit si craint.

La jeune blonde se trouvait face à deux hautes grilles enlacées de ronces, le métal pliée sous une quelconque force de la nature. Le brouillard enveloppait le parc, si bien que l'atmosphère qui y régnait était lugubre et inquiétante. Némésis resserra sa veste autour d'elle et se faufila entre deux barreaux extrêmement déformés, se tenant au métal glacial afin de ne pas tomber. Elle discerna un chemin au sol, vaguement visible à travers l'herbe haute. Difficile d'imaginer que cet endroit était autrefois un parc magnifique. Elle marcha droit devant elle, un peu au hasard, observant les alentours. Le silence était troublant. Il était dit que des animaux sauvages habitaient le parc, pourtant elle n'en voyait pas un seul. Au détour d'un bosquet d'arbres, elle entendit un grognement sourd. Elle se figea, le cœur battant si fort qu'il lui faisait mal. Elle tourna la tête avec une extrême lenteur en direction du bruit, et un hoquet de stupeur lui échappa quand elle aperçut l'animal qui se trouvait non loin d'elle. La fourrure grise et les lèvres retroussées sur des crocs acérés, devant elle se trouvait un loup. Un loup, solitaire. Ici ? La meute ne devait pas être loin. La jeune fille inspira doucement, cherchant à contrôler la frayeur qui montait en elle. Le regard du prédateur se fixa dans le sien, affamé. Elle sut qu'il ne la laissera pas partir car il voyait en elle un potentiel repas. Bien. Il ne lui restait donc plus qu'une solution. La fuite. Elle se mit à courir, entendant l'animal hurler longuement. La chasse commençait. D'autres animaux lui répondirent, féroces. Elle était seule, avec une meute de loups affamés à ses trousses. Elle courrait, ne pensant même pas à utiliser l'anneau à son doigt. La montée d'adrénaline provoquée par la situation lui plaisait. Sans doute était-elle suicidaire. Oui, un peu. Mais qu'importe. Elle entendait les loups derrière elle, ce qui la fit courir encore plus vite. Ils ne l'avaient pas encore rattrapée. Elle se sentait forte et libre, comme insaisissable. Ce sentiment lui plaisait. Seulement, elle était tellement concentrée sur le bruit de galopade des prédateurs qu'elle se déconcentra de sa course. Elle remarqua la racine trop tard et chuta. Elle tenta de se rattraper avec ses mains, ce qui eut pour effet de lui tordre le poignet gauche et de s'égratigner les paumes. Son visage la brûla lorsqu'une ronce la griffa près de l'œil. Elle se redressa et observa les cinq canidés qui l'observaient en grondant. Bizarrement, ils n'avançaient pas, comme si quelque chose les en empêchait. Ils humèrent l'air puis finirent pas faire demi-tour, l'abandonnant. Si elle ne comprit pas ce qui venait de se passer, elle ne put s'empêcher d'être soulagée. Elle poussa un soupir avant d'éclater de rire en se relevant. Ce fut à ce moment là qu'elle remarqua qu'elle se trouvait dans une clairière.

Elle épousseta ses vêtements, persuadée d'être à l'abri. Réfléchissant à ce qu'elle allait désormais faire, elle ne remarqua que quelqu'un s'approchait d'elle. On l'agrippa et la retournait sans ménagement.
- Je peux savoir ce que vous faites, là ?
Son premier réflexe fut de gifler la personne. Le bruit résonna dans toute la clairière. Furieuse, Némésis dévisagea l'homme qui lui faisait face. Les traits fins, et la mâchoire carrée, les yeux clairs et les cheveux sombres. L'inconnu était beau, certes, et ne devait pas être beaucoup plus âge qu'elle mais était bien plus grand. Ses yeux la mirent immédiatement mal à l'aise, ils dégageait quelque chose de sombre et d'inquiétant. Elle baissa son regard, rompant le contact, et si elle parvint à repérer un anneau identique au sien, elle fut effrayée de constater que le jeune homme avec les mains tâchées de sang. Un sursaut de frayeur la parcourut tandis qu'elle redressait son visage vers l'autre. C'était un Vagabond, comme elle. C'était la première fois qu'elle en rencontrait un, autre que celui qui l'avait formée. Une pointe de curiosité naquit en elle avec la peur.
- Je cueille des champignons, cela ne se voit pas ? Et lâchez-moi donc, vous me faites mal, lança-t-elle avec défi.
Elle était contradictoire jusqu'au bout. Malgré l'inquiétude que l'être pouvait lui inspirer, elle ne put se retenir de le provoquer. Douce Némésis, dans quelle situation ton caractère t'a-t-il encore envoyée...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
    Date de Naissance : 06/01/1992







Faites place à







MessageSujet: Re: God Must Hate Us - Nemesis & Aloysius   Dim 9 Jan - 22:40

Sans lui répondre, l'inconnue lui décocha immédiatement une gifle et la tête du jeune homme pivota presque sous le choc. Surpris et davantage agacé que précédemment, Aloysius fusilla du regard la jeune fille tout en se retenant de ne pas la frapper à son tour. Il n’avait pas pour principe de toucher aux femmes, c’était ainsi, mais parfois, ce principe lui tapait sur le système. Surtout quand il s’agissait d’une fille qui paraissait le détailler avec une fureur semblable à la sienne. Son beau visage tout en angles et à la peau pâle semblait tendu mais très assuré à la fois. Pendant une seconde, la pensée qu’elle pourrait être sa version féminine traversa l’esprit du Vagabond mais il rejeta cette idée en se rappelant qu’à cause de sa présence, les animaux sur lesquels il avait prévu de se défouler n’étaient pas présents. Son regard bleu rencontra enfin le sien, aussi bleu mais avec une jolie touche de vert également, alors le jeune homme en profita pour mettre toute sa cruauté dedans et à sa grande joie, la blondinette baissa les yeux. Un sourire apparut sur les lèvres d’Aloysius lorsqu’il se dit qu’elle ne pourrait décemment pas manquer le rouge qui colorait ses mains. Le soubresaut qui agita brièvement le frêle corps de l’inconnue lui donna envie de rire mais prévoyant qu’elle risquait de relever la tête vers lui, il reprit l’expression irritée avec laquelle il l’avait alpaguée en se demandant comment elle allait réagir. Dans son regard, il pouvait désormais lire une pointe de curiosité intimement mêlée à ce qu’il reconnut d’office comme étant un soupçon de peur. Au fond de son ventre, une flammèche de contentement s’alluma avant de s’éteindre instantanément face à la phrase que la jeune fille prononça avec un défi palpable :

- Je cueille des champignons, cela ne se voit pas ? Et lâchez-moi donc, vous me faites mal, lança-t-elle crânement.

Loin d’être disposé à obéir, Aloysius resserra ses doigts autant qu’il le put sa prise, ne se souciant pas une seule seconde de broyer la délicate épaule féminine avec laquelle il était en contact. Pour lui, tant que l’inconnue ne se serait pas excusée pour l’avoir giflé, elle souffrirait. D’un côté, son point de vue était très simple mais de l’autre, il était complètement effrayant. En tout cas, il n’allait pas contre son principe qu’on ne frappait pas les femmes : il ne tapait pas l’insolente, il la serrait un peu trop fermement à son goût. Mais les goûts et les couleurs…. Attrapant son menton de sa main libre, il tacha sa peau albâtre de sang et força la jeune fille à lever la tête vers lui avant de se pencher jusqu’à effleurer sa bouche de ses lèvres :

- Je te lâcherai lorsque tu te seras excusée de m’avoir giflé, Mademoiselle-Sans- Nom, chuchota-t-il en ancrant le plus possible son regard présentement dénué d’âme dans celui de sa victime momentané.

Le jeune homme était conscient qu’il abusait quelque peu de la situation mais toute l’agitation qu’il n’avait pas pu évacuer en tuant des animaux stupides en profitait pour ressortir là et, même en admettant qu’il ait pu se retenir, il n’en avait pas véritablement envie. Il voulait éprouver les limites de cette fille qui, même si elle avait peur de lui, le provoquait sans ciller. Cependant, il libéra son visage et se redressa de toute sa hauteur pour la surplomber avec tout le mépris dont il disposait. Sans qu’il ne comprenne pourquoi, sa main libre chercha instinctivement celle de l’inconnue la plus proche de lui et s’en empara avec une tendresse contrastant brutalement avec l’étreinte violente qu’il appliquait sur son épaule gauche. Puis il sentit l’anneau qu’elle possédait et lui leva la main afin de voir s’il s’agissait d’un anneau de « Vagabondage » comme il aimait les appeler. Constatant que c’était en effet le cas, il replongea son regard dans celui de la blondinette et lâcha un soupir de lassitude, qu’il ne comprit lui-même pas.

___________________________

I will never die. I will never lose.

I will never be defeated.



I'm Aloysius, God, Vasteels.


Dernière édition par Aloysius Vasteels le Mar 18 Jan - 10:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar






Faites place à

Invité



Invité



MessageSujet: Re: God Must Hate Us - Nemesis & Aloysius   Lun 10 Jan - 16:35

L'inconnu resserra sa prise autour de son épaule, lui meurtrissant l'os. Par fierté, elle retint un gémissement de douleur. Elle avait mal. Très mal. Mais elle refusait de lui montrer, il risquerait de prendre cela comme une signe de faiblesse ou de soumission. Et Némésis n'était pas de ce genre là. Pas du tout. Elle ne put néanmoins empêcher un hoquet de stupeur lorsqu'il saisit son menton, lui relevant le visage vers lui. Elle imagina le sang qui désormais devait tâcher sa peau. Un dégoût profond monta en elle. Son cœur battit un peu plus fort lorsqu'elle le vit se pencher vers elle, et la peur le fit s'emballer complètement lorsque ses lèvres effleurèrent les siennes.
- Je te lâcherai lorsque tu te seras excusée de m’avoir giflé, Mademoiselle-Sans- Nom.

Elle vit dans son regard un vide déroutant, comme si son corps était une enveloppe creuse, sans âme. Sans émotions ni sentiments. Sans rien. Le Néant, tout simplement. Il s'éloigna d'elle en se redressant, la toisant avec mépris. Némésis ne put retenir un sourire narquois. Pour qui se prenait-il ? Une petite voix lui souffla qu'il était un peu comme elle, mais elle la chassa bien vite. Elle n'avait rien à voir avec un être pareil. Non. Enfin... Peut être que si en fait. Un peu. Juste un peu. La douleur de son épaule ne cessait de croître, mais la jeune blonde n'avait aucunement envie de s'excuser. Elle l'avait giflé parce qu'il avait agrippée. C'était lui le fautif. C'était à lui de lui présenter des excuses, et certainement pas l'inverse. Oh que non. Et Némésis ne voulait pas perdre à ce jeu là.

Le jeune homme lui prit la main, avec une douceur désagréable aux yeux de Némésis. Cela contrastait trop avec la force exercée sur son épaule. Elle sentit ses doigts caresser l'anneau, puis le blond releva sa main au niveau de son visage, observant le bijou. Il la regarde alors, un soupir de... lassitude ? traversant ses lèvres. Bien. Ils étaient tous deux Vagabonds. C'était un fait établi. Elle avait très envie de connaître son nom, mais ne voulait pas le lui demander. Cela faisait trop fille intéressée, et même si ce n'était pas totalement faux, il semblait être de ceux qui pensent que le monde tourne autour d'eux. Elle ne voulait pas lui accorder le plaisir de se sentir intéressant.

Le hurlement d'un loup, tout proche, interrompit ses pensées. Par réflexe, elle se colla contre son adversaire, effrayée. Il lui sembla percevoir un mouvement de surprise, mais elle s'en fichait. Elle se morigéna intérieurement de son geste idiot. Sa main toujours dans la sienne, son épaule toujours broyée sous la poigne de l'autre, elle se sentait impuissante et détestait cela. Elle décida de réagir comme elle le faisait toujours. Par l'attaque. Son genou percuta la hanche de l'homme, le surprenant et lui faisant largement desserrer sa prise. Elle avait volontairement éviter ses parties génitales, sentant qu'elle aurait payé très cher un coup à cet endroit. Elle se dégagea d'un mouvement d'épaule tout en se décalant, sa main gauche allant frapper celle de l'inconnu qui lui tenait encore l'autre, celle portant l'anneau. Elle se recula de quelques pas, lui jetant un regard méprisant en se frottant son épaule endolorie avant de répondre avec aigreur.
- Hell. Némésis Hell. Et je ne m'excuserais pas d'avoir giflé un vulgaire crétin m'ayant bousillé l'épaule sans aucune raison.

Elle lui adressa un regard noir en croisant les bras sur sa poitrine, attendant sa réaction, un sourire provocateur sur ses lèvres. Elle lui avait décliné son nom en espérant qu'il lui dévoilerait le sien. Qu'elle sache enfin à qui elle avait affaire. Elle jouait avec le feu et le savait. Elle adorait cela.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
    Date de Naissance : 06/01/1992







Faites place à







MessageSujet: Re: God Must Hate Us - Nemesis & Aloysius   Mar 18 Jan - 10:48

Alors qu’il avait toujours son emprise physique sur la jeune blonde, cette dernière se colla brusquement à lui lorsque le hurlement d'un loup retentit pas très loin d’eux. Réagissant instinctivement de la même façon que si on l’avait assailli, Aloysius était sur le point d’achever son mouvement de recul par une violente clé de bras quand il réalisa que l’inconnue avait simplement peur de l’animal qui errait en liberté autour d’eux. Seulement, dommage pour lui mais le temps qu’il mit à profit pour comprendre cela, elle, elle l’utilisa pour finalement bien l’attaquer. Ressentant un étrange choc douloureux au niveau de sa hanche, le jeune homme se recula immédiatement en abandonnant la prise qu’il avait sur l’épaule de son interlocutrice pour avoir la possibilité d’utiliser sa main droite si besoin il y avait. Etant gaucher, il aurait logiquement du préférer libérer sa main maîtresse mais il s’était rendu compte que lorsqu’il combattait, il devenait, comme la plupart des gens, ambidextre. Toujours face à lui, la jeune femme se détacha de lui d’un gracieux mouvement tandis que sa main gauche allait frapper sa propre senestre afin de lui faire lâcher la main qu’il tenait toujours, la main qui lui avait montré qu’elle appartenait à la même race que lui. Celle des Vagabonds. Muselant ses réflexes de défense au maximum, il n’essaya pas de la rattraper ni de lui faire du mal. Il attendit simplement. Elle s’éloigna quelque peu de lui sans le quitter du regard, ce dernier luisant d’un éclat méprisant lui étant clairement destiné, et frotta l’épaule qu’il avait malmenée de façon à atténuer la douleur qu’elle devait certainement irradier. Ainsi, furieuse, elle possédait un charme nouveau qui plaisait bien au jeune homme…

- Hell. Némésis Hell. Et je ne m'excuserais pas d'avoir giflé un vulgaire crétin m'ayant bousillé l'épaule sans aucune raison.

Malgré l’irrespect de la réponse, le charme qui enveloppait Némésis ne se brisa pas, la gardant aussi attirante qu’une seconde auparavant, aux yeux d’Aloysius, même si ce dernier ne se voyait pas une seule seconde lui conter fleurette. En vérité, ce qui résonnait en lui quand il observait la jeune blonde, c’était l’étrange impression qu’elle lui ressemblait. Il avait déjà eu cette pensée un peu plus tôt dans leur rencontre mais le défi clairement lisible dans le dessin de ses lèvres, tordues en un sourire provocant, ainsi que les ténèbres du regard qu’elle vrillait sur lui ne cessaient de le ramener invariablement à cette pensée. Ses yeux bleu-vert paraissaient briller comme des braises démoniaques tellement ils exhalaient une noirceur presqu’haineuse à son encontre. D’un côté, ça lui paraissait très logique au vu du nom de son interlocutrice : s’appeler Hell et avoir constamment un air angélique n’était pas très crédible même s’il fallait concéder que le nom et la personne n’avait pas grand-chose à voir. Quoiqu’il en était, Aloysius ne se laissa pas impressionner par la posture fermée -bras croisés sur la poitrine- qu’adopta Némésis après lui avoir répondu. Il faisait toujours quelques têtes de plus qu’elle et sa musculature était vraisemblablement plus développée chez lui que chez elle donc il savait qu’il n’avait pas grand-chose à craindre. De plus, comme pour le conforter dans son évidente supériorité, le nouvel hurlement d’un loup leur parvint et le Vagabond se souvint en voyant le raidissement maîtrisé de son interlocutrice, qu’elle avait peur de ces sacs-à-puces alors que lui, non. Il avait la situation sous contrôle. Un sourire amusé se forma lentement sur son visage pendant qu’il frottait ses mains pour essayer d’enlever les marques de sang qui marquaient sa peau. Evidemment, sa tentative demeura vaine mais elle lui avait surtout permis de réfléchir. Même s’il n’avait pas peur des loups, il ne se sentait pas de se battre contre tout en gardant un œil sur la blonde. Il fallait donc qu’ils migrent un peu plus loin, à proximité des grilles de sortie si possible pour pouvoir effectuer un repli rapide en cas de problème. Considérant son plan comme pas trop mauvais pour le moment, il s’autorisa à reprendre la parole :

- Moi, c’est Vasteels et si tu veux survivre au grand méchant loup, je te conseille de me suivre.

Le ton nonchalant avec lequel il avait prononcé cette phrase allait parfaitement avec le sourire qu’il arborait toujours mais vraiment pas avec la situation dans laquelle ils se trouvaient. Néanmoins, imperturbable dans sa tranquille assurance et sans attendre la moindre réponse, il dépassa, de son habituel pas souple, la jeune femme et commença à marcher en direction de la lisière de la clairière dans laquelle ils se trouvaient. Il avait dit tout ce qu’il y avait à savoir, maintenant, les décisions qui étaient prises par l’autre ne le concernaient plus. Il n’allait l’obliger à rien. Qu’elle meure ou vive, lui était égal malgré l’attrait qu’il avait précédemment eu pour elle. En plus, elle était une Vagabonde. En cas de problème, il lui suffisait simplement de faire usage de l’anneau qui lui avait été confié à sa naissance. On faisait difficilement plus simple. Tout à ses pensées, Aloysius ne remarqua pas que les loups qui s’étaient auparavant fait entendre se trouvait désormais tout proches d’eux. Peut-être même un peu trop pour quiconque ne les portant pas dans son cœur.

___________________________

I will never die. I will never lose.

I will never be defeated.



I'm Aloysius, God, Vasteels.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






Faites place à

Contenu sponsorisé






MessageSujet: Re: God Must Hate Us - Nemesis & Aloysius   

Revenir en haut Aller en bas
 

God Must Hate Us - Nemesis & Aloysius

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naboo :: RP-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit