AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




 

Partagez | 
 

 « Puisque tu m'aimes, je vais traîner dans Soho, ce soir »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
    Date de Naissance : 25/07/1985







Faites place à







MessageSujet: « Puisque tu m'aimes, je vais traîner dans Soho, ce soir »   Jeu 3 Jan - 23:23


Noah Richardson

Best friend


Le monde est fait d'une drôle de façon. Un détraqué se suicide devant moi parce que je ne veux pas de lui et, deux semaines plus tard, je rencontre un immortel, lui aussi suicidaire, mais qui m'intéresse beaucoup plus. Monsieur le suicidé, sachez que si vous voyez cela d'où vous vous trouvez, ce n'est pas de votre faute. Ce n'est d'ailleurs pas non plus celle de Noah ou de moi. C'est le karma, c'est tout. On n'y peut rien.
De Noah, je suis très proche. Nous habitons ensemble, depuis peu, dans un appartement près de Soho. Il a insisté pour payer les trois-quarts des charges donc, en contre-partie, je fais en sorte de tenir l'endroit propre (même si une femme de ménage vient chaque semaine) et m'occupe des courses ainsi que de la cuisine. Noah prend en main tout ce qui me dérange et je fais de même par rapport à lui. Notre relation repose ainsi sur des fondations saines même si nous restons très différents. Il est très immoral et frivole pour son âge tout en sachant s'affirmer constamment alors que je suis plus terre-à-terre, hésitant et fidèle aux valeurs basiques.
Je crois que je suis la première personne avec qui il est gentil aussi longtemps. La première personne n'étant pas de sa famille avec qui il habite, aussi.
En tout cas, les filles que je vois parfois passer dans le couloir menant à nos chambres me paraissent toutes plus creuses les unes que les autres, même si je ne doute pas de leur amabilité. Quelques-unes viennent parfois me parler avant que Noah ne les mettent à la porte. Souvent, elles me demandent juste comment j'ai rencontré notre point commun mais celui-ci m'assure toujours, dès qu'elles sont parties, qu'elles essayaient simplement de me draguer. Cette idée semble lui déplaire particulièrement.
Pourtant, je ne m'intéresse pas du tout à ses conquêtes et il devrait le savoir depuis le temps que je suis loin d'être un rival pour lui puisque je préfère les filles plus simples.
Peut-être finira-t-il par l'intégrer quand j'aurai une petite-amie.




Hanna Sharps

Good friend


Hanna Sharps est, en quelque sorte, une amie. Elle et moi, nous nous entendons très bien depuis qu’elle m’a secouru, il y a quelques mois. La façon dont nous nous sommes rencontrés est plutôt drôle… Disons que je ne suis pas très à l’aise avec l’eau et qu’en courant dans Regents Park comme j’ai l’habitude de faire, j’ai fini par tomber à l’eau, après avoir glissé sur des feuilles pourrissantes. Là, j’ai totalement paniqué et plutôt que m’ignorer, Hanna, qui passait par là, est venue m’aider à me calmer puis à m’extraire de l’étang. Vingt minutes plus tard, nous sortions du parc ensemble, ayant convenu que nous nous retrouverions pour courir le jour suivant.
Depuis, je n’ai jamais manqué ma séance de course hebdomadaire avec elle.
Il faut dire qu’Hanna est l’une des filles les plus motivantes au monde. Elle déborde d’énergie, c’est tout bonnement incroyable !




Carmen

Arbuthnott

Almost Girlfriend


Carmen est une très bonne amie à moi qui est en passe de devenir ma petite-amie. Pétillante, souriante, toujours pleine d’énergie et de bonne humeur, elle sait ce qu’elle veut et me pousse à croquer la vie à pleines dents. En plus de cela, elle est très jolie et j’adore son accent écossais.
Je pense vraiment que c’est la fille qu’il me fallait : nous nous complétons à merveille. Je suis calme où elle est fougueuse, je suis structuré là où elle n’est que désir et je suis pacifique là où elle est un peu trop flamboyante.
En maints points, elle me rappelle Hanna Sharps même si elles restent différentes puisque Carmen a une ambition dévorante absente chez Hanna, à ma connaissance, et qu’Hanna a plus les pieds sur terre que Carmen puisque cette dernière a tendance à ressentir excessivement. Et leurs comportements aussi ont quelque chose de différent puisque, sinon je serais tombé sous le charme d’Hanna, ce qui n’est pas le cas. Peut-être est-ce en lien avec le franc-parler d’Hanna que Carmen n’a pas, en dépit de sa vivacité ? J’espère, en tout cas, que l’affection que Carmen éprouve pour moi ne disparaîtra pas à la vitesse à laquelle elle est apparue ; si, du moins, je ne l’imagine pas.
Etant donné que ses lèvres se sont égarées près des miennes la dernière fois que nous nous sommes vus, ce que Noah n’a pas manqué de faire remarquer avec une certaine aigreur (sûrement souffre-t-il plus de son célibat qu’il ne veut l’admettre, ce dont je suis désolé), j’ose toutefois espérer que je ne me trompe pas.
Cette fille, je l’aime plus que bien et dire cela, c’est presque un euphémisme.




Wynn McKenna

Really good friend


J’aime beaucoup visiter des musées et, généralement, je le fais seul parce que mes proches n’en sont pas de francs adeptes. Par conséquent, le jour où j’ai rencontré Wynn McKenna au British Museum, un nouveau champ d’opportunités s’est ouvert à moi : je connaissais dorénavant un homme charmant avec qui faire les visites culturelles qui me tentaient depuis longtemps mais que je ne voulais pas faire seul.
Même si Wynn n’est pas tout le temps libre, occupé comme il est à gérer sa boutique d’horlogerie, c’est réellement un homme bien, très amical, avec qui il est très agréable de passer du temps.
Je me sens sur la même longueur d’ondes avec lui.




Carl Comanech

Older brother


Carl est mon frère aîné. Il a quatre ans de plus que moi mais paraît bien plus âgé. Je l’aime mais. Je ne voudrais pas l’avoir dans ma vie. Carl m’effraie depuis mon plus jeune âge. Il parle seul, souvent. Parfois si vite qu’il semble parler un langage étranger. Un langage inconnu du monde. Il ne m’a jamais fait le moindre mal, ceci dit. Il ne m’a jamais frappé, ne m’a jamais tourmenté. Il se contentait de me demander de lui apporter des trucs ou de faire des choses pour lui. J’avais peur, j’obéissais. Je pense qu’il ne m’aurait rien fait, si j’avais refusé mais à l’époque, j’étais simplement terrifié.
Nos parents étaient morts, nous venions d’arriver dans notre famille d’accueil et Carl, celui qui aurait dû me servir de repère, partait loin dans sa tête, dans un univers qui m’était inaccessible.
J’ai dû inventer les monstres que je percevais dans son dos, je m’en rends compte, à présent. Il n’empêche que je ne veux pas forcément le revoir pour autant : j’aurais trop peur de me tromper.
Malgré cela, s’il venait à mourir, cela m’attristerait. Je l’aime. Il me fait peur mais je l’aime. Il est mon frère. Mon terrifiant frère qui parle seul, a l’air d’être doucement résigné au sujet d’un fait inimaginable mais mon terrifiant frère qui ne m’a jamais rien fait




Tamsin Wallace

Friend of a friend


Tamsin était la « petite-amie » de Noah quand j'ai rencontré ce dernier. C’est une fille adorable, discrète, qui n’a de méprisant que l’air. J’ai été plutôt navré qu’elle et Noah se séparent. Je suis convaincu qu’ils auraient pu former un couple durable si Noah avait accepté de s’attacher un peu.
Il coupe court à la discussion dès que je lui en parle alors j’ai arrêté. Il n’empêche que depuis que j’ai découvert que Tamsin travaille à l’Imperial War Museum, je passe parfois la voir sans le lui dire : après tout, ce n’est pas parce qu’il a décidé de la sortir de sa vie que je suis obligé de faire pareil. Du moins, tant qu’elle-même ne me dit rien puisque, sinon, j’arrêterais de l’importuner.
Coller les gens contre leur gré n’est pas dans mes habitudes. Enfin. Je crois... ?




Caleb Arbuthnott

Carmen's brother


Caleb est le petit-frère de Carmen. J’en ai énormément entendu parler depuis qu’on s’est rencontrés, elle et moi. Ca ne me dérange pas. Je suis content qu’ils s’entendent si bien, tous les deux. J’aurais aimé pouvoir dire la même chose pour mon frère et moi. Et je suis d’avis que Noah partage mon opinion : j’ai remarqué que dès que Carmen aborde le sujet de Caleb, il se renfrogne. Il semblerait que son propre frère lui manque, même s’il n’en parle qu’à contrecœur. Je me souviens encore du mal que j’ai eu à lui en faire parler et des remords que j’ai ressentis à la suite. Lui comme moi n’avons pas été gâtés en ce qui concerne la fraternité.
En tout cas, je sais que malgré ça j’aurais beaucoup de plaisir à rencontrer Caleb la prochaine fois qu’il viendra voir sa sœur. Il a l’air d’être un gosse formidable.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

« Puisque tu m'aimes, je vais traîner dans Soho, ce soir »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naboo :: Liens et Sujets-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit