AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




 

Partagez | 
 

 You’re the first, the last, my everything ♦ Sovaël

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
avatar
    Date de Naissance : 19/10/1992







Faites place à







MessageSujet: Re: You’re the first, the last, my everything ♦ Sovaël    Jeu 10 Avr - 19:28



- Je suis inscrit dans un internat écossais, perdu au milieu de nulle part. C’est un établissement un peu obscur mais y aller est une sorte de tradition familiale du côté de mon père donc...

Ismaël m’avait déjà mentionné la plupart de ces informations au début de notre échange, mais j’appréciais le complément. Je me demandais réellement ce qu’il pouvait bien qualifier d’établissement « un peu obscur ». C’était la deuxième fois déjà qu’il employait l’adjectif, et je trouvais ça toujours aussi étrange. Il semblait pourtant ne pas être trop amer à propos de son internat, ou du moins tout dans son attitude et dans son ton indiquait le contraire. Peut-être était-ce le contraste qui rendait ses propos un peu bizarres.

- En tout cas, c’est ma septième et dernière année là-bas.

Toujours aussi attentif à ce qu’il disait, je hochais légèrement la tête. Je fis rapidement le calcul qu’il devait approcher de sa majorité, ou même l’avoir déjà dépassée, selon sa date d’anniversaire, si, comme je le pensais, il avait intégré ledit établissement scolaire après l’école primaire. Heureusement qu’il avait l’air de ne pas être mécontent d’avoir hérité de ce « patrimoine génétique ». Ou peut-être était-il tout bonnement ravi que cela se finisse enfin.

Ismaël mit fin à mes interrogations mentales en nous demandant si nous connaissions l’Ecosse, prenant désormais garde à son articulation et à sa gestuelle, bien qu’elle lui semblât être plutôt naturelle. Lui en tout cas considérait que, à moins d’être attiré par la nature, cela ne valait pas vraiment le coup d’y aller, à cause de la majorité de forêts et d’eau qu’il y voyait depuis toutes ces années. Et tout bien pensé, j’imaginais parfaitement qu’un individu lambda pas vraiment attaché à la nature puisse s’en lasser. Violet et Connor se lancèrent rapidement dans un débat, ayant des opinions a priori radicalement opposées sur le sujet. Bien que cela ne fusse certainement pas la première fois que j’assistais à pareille scène, j’en étais toujours aussi amusé. Ca restait agréable de mon point de vue, même s’ils avaient le don de faire abstraction de tout le reste ainsi, tout occupés à converser qu’ils étaient. Ils s’excusèrent d’ailleurs de cette mise à l’écart, mais une remarque de Connor les relança de plus belle, nous excluant, Iz et moi. Déviant le regard, mon attention fut cependant happée par un Ismaël apparemment perdu auquel je souris spontanément.

- Et toi ? T’en penses quoi de la forêt et de l’eau ?

Un sourire était revenu orner ses lèvres, tandis qu’il se penchait un peu en avant pour me signifier que j’avais désormais son entière attention. J’hésitais un instant sur la marche à suivre, ne sachant pas s’il était préférable que j’essaie de me faire comprendre au moyen de gestes aussi simplifiés et compréhensibles que possible, ou s’il valait mieux que je me réfère au moyen que j’utilisais fréquemment pour communiquer avec des amis ne pratiquant pas la langue des signes : mon portable. Je tentais d’abord patiemment de lui faire comprendre que j’aimais bien la nature et que je n’étais jamais allé en Ecosse, et Iz prit également le temps de tâcher de saisir ce que je voulais lui dire, et y parvint partiellement. J’étais prêt à continuer mais me rabattai finalement sur mon portable. Même si j'agrémentais naturellement mes propos de mimiques en tous genres, rien que pour signer, elles n'étaient pas aussi évocatrices ou "puissantes" que celles qui venaient naturellement à Connor, et j’avais une fois encore l’occasion de le constater. Mais dans la mesure où nous avions d’autres possibilités de nous comprendre, et qu’Iz pouvait s’exprimer oralement à mes côtés, ce n’était pas si grave que ça. Juste un peu embêtant.

« J’apprécie la nature, le calme qui s’y apparente, et les paysages magnifiques que j’ai eu l’occasion de voir, ici, en Angleterre. » pianotais-je rapidement. « Je ne suis jamais allé en Ecosse, mais j’imagine que tu as pu être témoin de panoramas fantastiques. »

Je passais une ligne, et ajoutais : « Tu as dans l’intention de rester en Ecosse, pour tes études ? »

Je tendis mon cellulaire à Ismaël qui prit rapidement connaissance de mon court texte. Il confirma la présence de superbes sites en Ecosse lorsqu’il lut ma remarque, avant de répondre à ma question tout en me rendant mon bien. Je gardais mon portable à proximité tout en restant parfaitement concentré sur ce qu’Iz me racontait. Il avait l’air d’avoir une tendance naturelle à pouvoir s’exprimer sur n’importe quel sujet, et cela tombait à pic, puisque j’aimais par-dessus tout écouter les autres. Il me semblait donc d’ores et déjà évident que notre duo allait bien fonctionner, et je n’imaginais même pas encore à quel point.

___________________________



“Sometimes words are not enough.”


Dernière édition par Sovann Rosario le Sam 14 Fév - 23:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
    Date de Naissance : 23/06/1994







Faites place à







MessageSujet: Re: You’re the first, the last, my everything ♦ Sovaël    Dim 8 Fév - 23:12

Choisissant d’abord de s’exprimer par gestes, (pas par langue des signes, Iz en était certain) Sovann lui expliqua qu’il appréciait la nature et quelque chose d’autre que, malgré tous ses efforts, Iz ne put comprendre. Loin de se décourager même s’il ne voulait pas faire répéter cent fois Sovann, il continua ses propositions d’interprétation jusqu’à ce que son interlocuteur sorte son téléphone de sa poche pour y taper quelques mots à son attention.

« J’apprécie la nature, le calme qui s’y apparente, et les paysages magnifiques que j’ai eu l’occasion de voir, ici, en Angleterre. » put-il lire quelques secondes plus tard. « Je ne suis jamais allé en Ecosse, mais j’imagine que tu as pu être témoin de panoramas fantastiques. »

Un sourire illumina une nouvelle fois son visage à la lecture de ces mots et il hocha la tête. Il y avait, en effet, de merveilleux endroits en Ecosse Malheureusement, ils étaient souvent difficiles d’accès mais ça, il le garda pour lui. Il préférait éloigner le sujet de l’Ecosse, et donc de Poudlard, autant que possible. Finissant de lire ce qui lui avait été écrit ( «Tu as dans l’intention de rester en Ecosse, pour tes études ? » ), il rendit son téléphone à Sovann en commençant à répondre.

- Pas du tout , dit-il d’emblée. Ma mère vit à Londres, ainsi que la plupart de mes amis, du coup, je préfère rester dans le coin. En plus , s’empressa-t-il d’ajouter en souriant, il y a clairement de quoi faire ici. Mais si j’avais été Ecossais, je pense sincèrement que mes proches auraient été une raison suffisante pour ne pas que je parte. Sauf si j’avais eu un projet qui n’aurait été réalisable qu’ici.

S’entendant parler, il eut encore l’impression d’avoir douze ans mais ça ne le dérangea pas. Il trouvait vraiment génial qu’il n’ait pas à faire un tel choix. Le tranplanage et autres transports magiques avaient beau simplifier les choses, ce n’était pas aussi confortable que sa situation actuelle ; même si Geo lui avait parlé de sa très probable émigration en Islande… Tout ne pouvait pas être parfait, songea-t-il pour lui-même avant de reprendre rapidement, pour ne pas y penser davantage ou léser son interlocuteur :

- Ceci dit, je ne pense pas vraiment faire d’études en tant que telles. Tout à l’heure, je t’ai dit que je savais pas trop où j’en étais mais c’est surtout que j’ai pas trop envie de me coincer dans quelque chose parce qu’on attend de moi que je le fasse. Donc en attendant de savoir ce que je veux, je doute me lancer dans n'importe quel type d'études., expliqua-t-il.

Il souriait mais sa gêne était palpable ; notamment à travers la main qui passait nerveusement sur les cheveux courts de sa nuque. Il ne voulait ni avoir l’air d’un flemmard ignorant, ni d’un ignorant tout court aux yeux de Sovann. Par chance, ce dernier ne paraissait pas du tout choqué ou consterné par ce qu’il venait d’entendre et, un peu rassuré, Iz poursuivit :

- Heureusement, ma mère est très compréhensive par rapport à ça et elle ne me met pas trop la pression. Du coup, je pense rester à Londres, oui, mais ça risque d’être davantage pour travailler, conclut-il d’un geste de mains.

Il lui semblait nécessaire de résumer la tonne de choses qu’il venait de dire, afin d’éviter de perdre Sovann. D’ailleurs, celui-ci était vraiment impressionnant par sa capacité d’écoute. Depuis qu’il avait commencé à parler, il le regardait tranquillement, visiblement intéressé par les phrases qu’il prononçait, et Iz trouvait ça très impressionnant. Les gens qui savaient réellement écouter étaient une espèce en voie de disparition. Sovann était un oiseau rare. Il se fit la réflexion qu’il avait déjà pensé quelque chose de similaire plus tôt avant de couper court à son bref monologue mental pour renvoyer sa question à son interlocuteur :

- Et toi ? Qu’est-ce que tu fais dans la vie ? La même chose que Connor ?, ajouta-t-il en lançant un regard amusé à Connor et Violet qui avaient vraisemblablement changé de conversation pour quelque chose d’un peu plus calme. Je te l’ai déjà demandé, il me semble, mais c’était pas le moment le plus adapté , poursuivit-il, souriant encore. Au fait, désolé, je lance plein de sujets en même temps mais : tu veux boire quelque chose ? demanda-t-il en désignant tour à tour le comptoir du bar et les boissons qui trônaient en face de Violet et Connor. C’est moi qui t’invite. Pour te remercier de ton aide.

___________________________



Imagine all the great things we could make together


Dernière édition par Ismael Forrester le Lun 6 Juil - 12:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
    Date de Naissance : 19/10/1992







Faites place à







MessageSujet: Re: You’re the first, the last, my everything ♦ Sovaël    Sam 14 Fév - 22:55



- Pas du tout. Ma mère vit à Londres, ainsi que la plupart de mes amis, du coup, je préfère rester dans le coin.

Je hochais la tête, comprenant aisément un tel argument. Même si, en soi, il avait dû prendre l’habitude de ne pas voir sa mère régulièrement, à cause de l’internat. Mais ça restait un argument largement recevable de mon point de vue. Et puis, peut-être que ses amis comptaient aussi aller sur Londres.

- En plus, il y a clairement de quoi faire ici. Mais si j’avais été Ecossais, je pense sincèrement que mes proches auraient été une raison suffisante pour ne pas que je parte. Sauf si j’avais eu un projet qui n’aurait été réalisable qu’ici.

A nouveau, j’opinai du chef, me voyant confirmé ce que je pensais. Ismaël me semblait, tout comme moi, très attaché à ses proches. Je souris en pensant que nous n’étions pas prêts, l’un comme l’autre, à les abandonner si aisément. Surtout que, comme il le disait si bien, ce n’était pas comme si nous n’avions rien à faire sur Londres.

- Ceci dit, je ne pense pas vraiment faire d’études en tant que telles. Tout à l’heure, je t’ai dit que je savais pas trop où j’en étais mais c’est surtout que j’ai pas trop envie de me coincer dans quelque chose parce qu’on attend de moi que je le fasse. Donc en attendant de savoir ce que je veux, je doute me lancer dans n'importe quel type d'études.

J’avais presque l’impression d’entendre Connor. Presque. Car Iz évoquait, comme mon meilleur ami, ne pas souhaiter s’engager dans des études quelconques avant d’être sûr de son choix. Ce qui me paraissait tout à fait raisonnable. Au moins ne gaspillaient-ils pas leur temps à s’engager dans des études qu’ils regretteraient par la suite. Et Connor m’avait dit ne jamais avoir regretté son année de coupure dans ses études. Cela serait certainement tout aussi profitable à Ismaël.

- Heureusement, ma mère est très compréhensive par rapport à ça et elle ne me met pas trop la pression. Du coup, je pense rester à Londres, oui, mais ça risque d’être davantage pour travailler.

Une nouvelle fois, j’acquiesçais doucement pour lui montrer que j’étais bien attentif à ses propos. Surtout qu’Ismaël était loin d’être inintéressant, autant par ses propos que par sa façon de les amener. Il faisait partie de ces gens que vous pourriez écouter pendant des heures, de mon point de vue. Pas le genre soporifique. Juste agréable à écouter. Quant à ce qu’il disait, cela titillait ma curiosité. Dans quoi se verrait-il travailler, à Londres ? Un job quelconque pour toucher au monde du travail pendant un temps ou alors quelque chose en particulier qui lui faisait de l’œil ? J’étais prêt à le lui demander quand il reprit la parole :

- Et toi ? Qu’est-ce que tu fais dans la vie ? La même chose que Connor ? Je te l’ai déjà demandé, il me semble, mais c’était pas le moment le plus adapté.

Je commençais à faire non de la tête pour répondre à sa question concernant Connor, mais, une fois encore, Iz intervint avant que je puisse véritablement lui répondre :

- Au fait, désolé, je lance plein de sujets en même temps mais : tu veux boire quelque chose ? C’est moi qui t’invite. Pour te remercier de ton aide.

Me saisissant rapidement de mon portable, je tapais rapidement ma demande, avant de lui tendre mon portable d’un bras, et de signer les mots « une bière » de l’autre bras. Iz parcourut rapidement les deux mots, et avec un sourire reproduisit mon geste tout en articulant le mot. Souriant à sa performance, je fis le geste de l’applaudir silencieusement, ce qui fit sourire à son tour mon interlocuteur. C’était décidément vraiment agréable d’être avec quelqu’un d’aussi intéressé et intéressant.

Une fois Ismaël revenu avec nos boissons respectives, je lui passai à nouveau mon portable sur lequel j’avais écrit une réponse assez détaillée à ses questions concernant mes études. Je bus tranquillement une gorgée de ma bière en attendant qu’Iz finisse de lire. Il faut dire que j’avais tenté d’être aussi complet que possible, pendant qu’il attendait au bar. Je lui expliquais ainsi que Connor et moi avions pris des chemins radicalement différents, et qu’on se connaissait depuis l’école primaire. Résumant son parcours l’ayant mené au journalisme en une longue phrase, je lui exposais ensuite que de mon côté je m’étais engagé dans des études de droit, et suivais en parallèle quelques cours de dactylographie. A la fois parce que ça me semblait intéressant personnellement que professionnellement. Après avoir obtenu mon bachelor degree, ce qui me prendrait encore une année entière de droit, je pensais aller plus spécifiquement me diriger vers une formation me permettant de devenir greffier, mais précisai bien que mon projet professionnel avait encore le temps de mûrir. Je lui épargnais ceci dit les détails liés à ma mutité qui me faisaient douter de pouvoir mener ce projet à bien, dans la mesure où le job requerrait une bonne communication. Il n’avait sûrement pas besoin de savoir ça, et je n’avais pas franchement envie de m’engager sur cette voie. Autant parce que les choses avaient le temps d’évoluer que parce que je n’étais pas très à l’aise à en discuter franchement avec des étrangers. Pas qu’il soit un total étranger, mais bon.

Ismaël releva la tête, et sembla réfléchir un petit instant avant de me répondre, cette fois-ci. Sans doute à la question qui ponctuait mon message : « Tu voudrais travailler dans un secteur en particulier, toi ? Ou juste avoir une première expérience professionnelle, peu importe où ? »
Après tout, le sujet me semblait bien plus intéressant et riche que ce que je faisais moi, encore au milieu de mon cursus de droit. Et j’étais aussi réellement curieux de ce qui pourrait attirer un individu tel qu’Iz. Le relationnel ? Le secteur commercial ? L’art ? Le sport ? Je n’en savais vraiment que très peu à son propos, finalement. Et j’avais bien envie de remédier à ça.

___________________________



“Sometimes words are not enough.”


Dernière édition par Sovann Rosario le Jeu 9 Juil - 17:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
    Date de Naissance : 23/06/1994







Faites place à







MessageSujet: Re: You’re the first, the last, my everything ♦ Sovaël    Jeu 9 Juil - 12:28

A l’entente de sa proposition, la réaction de Sovann ne se fit pas attendre. Un instant, il tapait un mot sur son téléphone et lui le montrait, le suivant il lui présentait le signe pour cette bière dont il avait envie. Ravi d’apprendre un tel mot, surtout que le geste le désignant était plutôt clair, Iz l’imita, un sourire aux lèvres. Sovann applaudit silencieusement. Le naturel de leurs comportements n’aurait permis à personne de deviner qu’ils venaient de se rencontrer.

Faisant un rapide aller-retour au bar pour récupérer leurs boissons, Ismaël se dit que, contrairement à toutes attentes, ses vacances commençaient vraiment bien. Les larmes versées dans le Poudlard Express étaient devenues de l’histoire ancienne. S’il devait être sincère avec lui, il se doutait que ça ne durerait pas, qu’une fois rentré chez lui un coup de blues le submergerait mais, pour l’instant, tout allait bien et c’était ce qui comptait. Après avoir jeté un coup d’œil derrière lui, pour constater que Sovann regardait son couple d’amis en souriant , Iz cala verres et bouteilles contre lui et revint lentement vers la table afin d’éviter toute nouvelle catastrophe. A peine s’était-il assis, les boissons dispatchées avec l’aide de son interlocuteur, que celui-ci lui tendait une nouvelle fois son téléphone où une longue réponse à ses questions précédentes l’attendait.

Concentré, Iz lut lentement chaque phrase pour être sûr de bien comprendre tout ce qui était écrit. Il avait parfois tendance à ne pas faire attention aux détails, tendance à ne saisir que globalement ce qui lui était dit. Or, cette fois, il n’y avait aucun de ses compères pour le secourir, si jamais il oubliait une information « importante ».  

Il apprit ainsi que Connor et Sovann se connaissaient depuis l’école primaire, ce qui le fit sourire. Lui aussi était donc fidèle en amitié. Un nouveau point qu’ils avaient en commun... Poursuivant sa lecture, il apprécia le style précis et clair de Sovann. Tout était très bien expliqué, rien ne l’embrouillait. Sa vitesse de lecture s’accéléra alors légèrement, aidée par la fluidité des mots. Des questions apparaissaient pourtant dans son esprit au fur et à mesure de sa lecture. Il ne connaissait absolument rien au monde de la surdité et du mutisme donc, même s’il trouvait absolument incroyable et génial que Connor veuille et puisse devenir journaliste, il se disait que ce serait sûrement plus compliqué pour Sovann, du fait du vocabulaire très spécifique du droit, qui ne devait pas être entièrement traduit. Après, il se doutait que des choses seraient mises en place pour lui donner la possibilité d’arriver à faire ce qu’il voulait, mais il était vraiment curieux de la forme que cela prendrait. Le paragraphe s’achevait sur une question visant ses projets personnels mais il décida de l’éluder, pour le moment :

Tu as toujours voulu faire ça ? demanda-t-il simplement, en rendant son bien à Sovann.

Ils échangèrent un rapide sourire, comme pour se récompenser de l'intérêt mutuel qu'ils se portaient. L’expression d'Ismaël était toujours un peu concentrée mais cela ne freina pas son interlocuteur qui commença à pianoter rapidement sur son clavier. Lui-même, sirotant distraitement son verre de coca, réfléchissait à ce qu’il allait répondre, vis-à-vis de ses propres aspirations professionnelles. Il ne se sentait sûr de rien. Quitter Poudlard lui paraissait irréel, d’autant plus qu’il s’apercevait qu’il n’avait pas le moindre projet pour la suite de sa vie. Certes, il allait sûrement pouvoir obtenir un poste dans l’administration moldue de Londres, via sa mère, mais il ne comptait pas faire cela éternellement. Il avait même la forte sensation qu’un an serait déjà trop, mais ça lui donnerait une expérience, en plus de l’occuper et de lui laisser un peu de temps pour réfléchir à ce qu’il voulait réellement faire. Il faut dire qu’il n’avait jamais été très doué en n’importe quoi, si ce n’est en Quidditch, mais, même là, il n’était pas le meilleur. Peut-être Poudlard accepterait de le prendre en tant que concierge…

Une main devant son visage lui remit les pieds sur Terre. Souriant, Connor lui montrait le téléphone que Sovann avait déposé devant lui, un temps indéterminé auparavant. Celui-ci semblait hésiter sur la conduite à adopter et Ismaël s’en voulut. Certes, son orientation était un sujet un peu délicat mais s’il voulait faire de nouvelles rencontres, il devait apprendre à faire attention à elles. D’autant plus que la réponse à la question qu’il avait posée l’intéressait. Il n’était simplement pas habitué à ne pas faire attention à la voix de ses interlocuteurs.

Désolé, Sovann, je pensais à la question que tu m’avais posée et mes pensées ont dérivé, expliqua-t-il aussitôt, l’air coupable. Et merci de m’avoir prévenu, lança-t-il en souriant à Connor, que Violet regardait, un léger sourire aux lèvres. D’ailleurs, c’est un mot important, merci, ajouta-t-il en les regardant tous les trois alternativement. Presqu’aussi important que bière, continua-t-il en lançant un regard complice à Sovann, tout en faisant attention à parler plus lentement que d’habitude et à ce que son visage soit bien visible de Connor. Vous me diriez comment ça se dit.. ?

___________________________



Imagine all the great things we could make together
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
    Date de Naissance : 19/10/1992







Faites place à







MessageSujet: Re: You’re the first, the last, my everything ♦ Sovaël    Jeu 9 Juil - 17:14



- Tu as toujours voulu faire ça ? fut la première réaction d’Ismaël en me rendant mon portable.

La mienne fut de répondre à son sourire rapidement, m’assurant au passage, grâce à son expression concentrée, que mon interlocuteur ne faisait pas que meubler la conversation et souhaitait réellement avoir une réponse. Aussitôt je commençai donc à rédiger ma réponse, conscient qu’Iz avait tout le loisir de se désintéresser de moi le temps que j’écrive. Ce n’était pas l’idéal, en termes de conversation, mais le plus pratique pour nous deux.

Spontanément, je lui confiais ne m’être intéressé au droit que très tard, au lycée, et que cela ne m’avait pas plus botté que cela auparavant. Donc non, je n’avais pas toujours voulu faire ça, bien au contraire. Comme tout gamin, j’avais eu des rêves, souvent éphémères, et ce n’est qu’à partir de quinze ans que j’aie réellement compris qu’il allait falloir faire des choix, et que ceux-ci allaient se présenter à moi bien plus rapidement que ce que je n’imaginais. J’avais commencé à faire le tri, à déterminer ce qui était susceptible de me plaire ou non, et puis le droit avait progressivement réussi à s’imposer, sans que j’arrive véritablement à l’expliquer. C’était juste un domaine qui me semblait intéressant à étudier et fourmillant de possibilités et de ressources.
Conscient que j’étais davantage du genre à écouter et prendre note qu’oser me lever et défendre mon point de vue, j’avais déjà rejeté une certaine quantité de métiers. Celui de greffier, ceci dit, me plaisait de plus en plus à mesure que j’assemblais des informations à ce sujet, et semblait répondre à un bon nombre de mes critères. Mais peut-être étais-je passé à côté d’un autre job tout à fait adéquat et me plaisant d’autant plus, dans le sens où je ne connaissais pas encore l’entièreté des débouchés de mon programme, d’où mon hésitation à affirmer avec certitude que c’était mon objectif. Je me laissais donc encore l’année qu’il me restait de bachelor degree en droit pour véritablement me prononcer.

Ces explications finies, je ne pris pas la peine de relire mon message en entier, puisque l’ayant fait au fur et à mesure, et tendais sans tarder mon portable à mon interlocuteur. Après vingt secondes passées à attendre le bras en l’air, je le posai devant lui et profitai qu’il soit totalement accaparé par ses pensées pour prendre une gorgée de ma bière, ne sachant pas vraiment comment agir maintenant. La tablée étant redevenue très calme, je remarquai que mes amis n’étaient plus en grande conversation mais nous observaient, ou du moins ce fut le cas jusqu’à ce qu’un Connor pas du tout gêné de ramener Ismaël sur terre ne lui passe une main devant les yeux, ce qui eut le don de sortir aussitôt ce dernier de sa rêverie. Iz releva les yeux vers moi, l’air un peu embarrassé, et s’empressa de se confondre en excuses :

- Désolé, Sovann, je pensais à la question que tu m’avais posée et mes pensées ont dérivé, expliqua-t-il avec un air coupable. Et merci de m’avoir prévenu, lança-t-il en souriant à Connor. D’ailleurs, c’est un mot important, merci, continua-t-il en insistant bien sur le dernier mot, nous regardant tous les trois alternativement. Presqu’aussi important que bière, ajouta-t-il en me souriant entendu, ce qui me fit sourire en retour, et je notais d’ailleurs ses efforts pour être intelligible pour chacun d’entre nous. Vous me diriez comment ça se dit... ?

Je consultai brièvement Connor du regard et montrai sans tarder à Ismaël le geste demandé. Celui-ci le reproduisit aussitôt et l’adressa à Connor, avant de me demander de lui apprendre le geste pour « désolé », répétant cette fois-ci l’opération avec moi. Violet lui traduisit rapidement que cela ne me posait aucun problème, ce que j’agrémentais d’un sourire et sembla le convaincre qu’il pouvait me lire. Il me posa ensuite quelques autres questions au sujet de mon orientation, avant de finir par répondre à ma demande concernant la sienne. Le sujet n’était visiblement pas des plus simples à aborder pour lui, malgré que Connor et Violet aient repris leur propre conversation et ne soient pas en train de lui ajouter une pression supplémentaire. J’étais prêt à détourner le sujet vers quelque chose de plus banal quand je reçus un SMS de mon frère me demandant quand je comptais rentrer puisqu’il avait, une fois encore, oublié de prendre ses clés et qu’aucun de nos parents n’étaient à la maison. Je soupirai, son message me rappelant que Mac n’était définitivement pas quelqu’un de très organisé. Je consultai l’heure et essayai de juger ce qu’il était préférable de faire. D’un côté, Mac était à l’autre bout de la ville et mettrait du temps à venir ici, mais de l’autre je n’avais même pas pris le temps de véritablement m’enquérir de l’état de santé de Violet et de son voyage alors qu’elle venait de rentrer. Ismaël attendait patiemment que je réagisse, et me demanda même si quelque chose n’allait pas, dans la mesure où je continuais de ne rien faire. Je lui passais mon portable, ouvert sur le message que je venais de recevoir et à la suite duquel j’avais commencé à écrire, à son attention, « c’est mon frère ». Interrompant mes amis, j’expliquais ma situation, et Violet me somma de rentrer. Elle-même ne se sentait pas de rester encore trop longtemps, et nous allions de toute manière nous revoir dès le lendemain. Elle pourrait me raconter son voyage à ce moment-là, et, comme elle le connaissait bien, me rappela que Mac n’était pas très patient. Même si ce n’était pas, selon moi, un argument vraiment recevable, je pris la décision de rentrer et en informais aussitôt Ismaël par l’intermédiaire de mon portable. Ayant lui aussi pris connaissance de l’heure, il me répondit qu’il fallait également qu’il rentre, ce qui ne m’empêcha pas de me sentir coupable de le délaisser ainsi.

« Veux-tu que je t’accompagne quelque part, avant ? Que j’attende avec toi ? » notai-je après de nouvelles excuses. Il me paraissait inconcevable de totalement laisser en plan le jeune homme qui n’avait fait que me suivre et à qui je forçais dorénavant un peu la main.

___________________________



“Sometimes words are not enough.”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






Faites place à

Contenu sponsorisé






MessageSujet: Re: You’re the first, the last, my everything ♦ Sovaël    

Revenir en haut Aller en bas
 

You’re the first, the last, my everything ♦ Sovaël

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naboo :: 
Présent
 :: Les Indispensables :: Gares
-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit