AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




 

Partagez | 
 

 « Missing persons 1 & 2 » - Amy & Max

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
avatar
    Date de Naissance : 03/05/1988







Faites place à







MessageSujet: Re: « Missing persons 1 & 2 » - Amy & Max    Mar 8 Mai - 16:37

Je marchais sans savoir le moins du monde où j’allais, et cela m’importait peu. Je doutais d’arriver à retrouver mon chemin, mais ça aussi, je m’en fichais. Ma seule véritable préoccupation, et je n’étais même pas certaine que cela en soit une, était que je reste seule. En effet, je profitais allègrement de n’avoir personne à mes côtés, à s’inquiéter ou non de moi, à me parler ou à simplement être là à me porter sur les nerfs. Cela m’avait subitement agacé, au QG, de ne pas pouvoir être tranquille. J’étais alors partie et avais pu trouver un chauffeur pour un lieu qui m’était totalement inconnu mais qui me promettait une solitude recherchée. Personne ne viendrait ici, même si on avait besoin de moi pour régler un quelconque problème temporel, et cette pensée me revigorait à un point que ma mauvaise humeur s’envola subitement. L’odeur putride des marais n’était pas des plus agréables à mon nez, mais ce n’était pas franchement grave. Mon esprit était si concentré à l’endroit où je posais mes pieds que nulle autre pensée ne germait dans mon cerveau. Je m’oubliais, petit à petit. Et même si je savais que cela ne durerait pas, je profitais seulement de l’instant présent. Je n’aurais sans doute pas su vraiment l’exprimer, mettre des mots sur mon état. Plus rien ne me posait de réel souci. Je me sentais bien. Et peut-être était-ce tout ce qui importait.

Je ne pris pas garde tout d’abord à ce que je croyais n’être qu’un chuchotement parmi tant d’autres, un bruit perdu de la nature. Mais au fur et à mesure que la voix prononçait la même chose, je distinguais mon nom. On m’appelait. Une partie de moi était bien tentée de fuir à l’opposé de la source de la voix, envieuse d’un peu plus de totale liberté. L’autre reprenait pied dans la réalité et, plus curieuse, me poussait à voir pourquoi on me cherchait. Résignée, je soupirais et me dirigeais toujours avec la même précaution dans la direction que je pensais être la source de l’appel. Je n’avais jamais été très douée en orientation, et n’aurais certainement pas pu dire si je m’éloignais ou non de la voiture et donc de la route qui me ramènerait chez moi. Mais là n’était pas le problème. Maintenant que ma curiosité s’éveillait de nouveau un tant soit peu, je n’avais plus qu’à la suivre. Je ne me manifestais qu’une fois que je cessais d’entendre mon prénom résonner dans la quiétude des marais, criant à mon tour un « Je suis là », chose qui n’était pas très intelligente, je vous l’accorde, mais je ne voyais pas quoi dire d’autre, sur le coup. Mon prénom retentit à nouveau, auquel je répondis. Plus je m’avançais, toujours en tâtant des pieds le sol, plus je discernais une voix plus audible et masculine se rapprocher. J’associais aussitôt son détenteur au dénommé Maximilian que j’avais rencontré peu auparavant, puisque personne ne savait que j’étais dans les parages, excepté lui. Et mon doute se confirma lorsqu’après plusieurs minutes d’appels répétés et des dizaines de mètres parcourues dans une pénombre grandissante je me retrouvais à quelques mètres du jeune homme.

Plusieurs secondes passèrent sans qu’un mot ne fusse prononcé ou que l’un de nous deux ne bouge. Je n’avais aucune idée de pourquoi le brun me recherchait, mais n’en menait pas large quant à la raison m’ayant poussé à lui répondre non plus. Lui demander la raison pour laquelle il me cherchait m’intéressait peu, et la question serait sans doute vite réglée. J’avais eu droit à suffisamment de solitude, et en avais profité. Je voulais désormais retrouver progressivement la présence humaine à mes côtés, et me disais qu’au fond, discuter avec un inconnu ne serait sans doute pas plus mal. Je sentais que bizarrement, je n’allais pas être gênée de discuter avec lui, ni d’aborder n’importe quel sujet. Sans doute étais-je encore un peu ailleurs, dans mon esprit. Mais peu importe. Je finis par avancer, vers lui, et à mi-chemin, je me tournais de 90 degrés et l’enjoignais d’un mouvement de tête à venir avec moi. J’étais complètement perdue dans les labyrinthes que forment les marais à mes yeux, mais je savais que même si bavarder ne me dérangeait pas, je souhaitais également marcher, rester en mouvement. Quelques secondes après que Maximilian m’ait rejointe et que nous nous dirigeâmes vers une destination inconnue, je lançais doucement, mais d’un ton intéressé :

- Pourquoi être venu dans les Marais ? Un soudain besoin de solitude ?

___________________________


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
« You are perfect exactly as you are. With all your flaws and problems, there is no need to change anything.
All you need to change is the thought that you aren't good enough. »


Dernière édition par Amy Hilnavy le Sam 6 Avr - 21:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
    Date de Naissance : 18/09/1986







Faites place à







MessageSujet: Re: « Missing persons 1 & 2 » - Amy & Max    Dim 10 Juin - 19:53

Toujours motivé à retrouver son auto-stoppeuse, Maximilian prêtait l’oreille à ce qui l’entourait, quand il ne hurlait pas le prénom de la jeune femme. Heureusement qu’il n’avait pas peur du noir, il serait absolument terrifié, sinon. Autant par les bruits étranges qui se manifestaient à intervalles irréguliers que par l’impossibilité quasi-totale qu’il avait à voir loin. Mais malgré cette confiance en lui qui chassait la moindre peur, un léger tressaillement le traversa quand celle qu’il cherchait lui répondit enfin et qu’il s’aperçut qu’il ne s’y attendait pas vraiment. Maudissant sa stupidité, il cria à nouveau et se dirigea vers l’endroit d’où il lui avait semblé provenir la voix d’Amy. Ce faisant, il faillit se prendre divers branches dans le visage lorsqu’il obliqua brusquement après un nouvel appel de la brune mais réussit à les arrêter, au dernier moment. Plusieurs fois, encore, il communiqua avec la jeune femme en hurlant son prénom et il commençait à penser que c’était décidément risible comme situation, quand Amy apparut enfin à son regard. Surpris comme il l’avait été lorsqu’elle lui avait répondu la première fois, il ne sut pas comment réagir et resta immobile comme une statue jusqu’à ce qu’elle avance précautionneusement dans sa direction. Il l’observa, devinant sa silhouette plutôt que la voyant réellement, et n’hésita pas une seule seconde lorsqu’elle lui fit signe de la suivre, dans la direction d’où elle était arrivée. Il arriva rapidement à son niveau et se demanda si elle savait où elle les conduisait. De crainte que la réponse à sa question ne soit pas satisfaisante, il la garda pour lui. Quelques secondes plus tard, la voix douce d’Amy résonnait dans le silence des marais :

- Pourquoi être venu dans les Marais ? Un soudain besoin de solitude ?

Il haussa les épaules, oubliant momentanément qu’elle ne pouvait le voir.

- Plus ou moins… En tout cas, prenant en compte le fait que je n’ai pas tardé à partir à ta recherche, il nous est facile de constater que cela ne m’a pas duré très longtemps, s’amusa-t-il. Et toi ? C’est également un besoin de solitude qui t'a incitée à venir errer au bord d’une route, en fin de journée, et à finalement consentir à être déposée à l’entrée d’un marais, l’un des endroits les moins accueillants, au monde ?

Il ripa, une nouvelle fois, en finissant sa phrase et essaya instinctivement de se rattraper à Amy qu’il entraîna alors dans sa chute, en raison de leur trop grande différence de poids et de corpulence. En partie étendu sur le sol, la jeune femme assise sur lui, il trouva la situation si cocasse qu’il ne put faire autrement que se mettre à rire et son rire sonnait étrange dans l’ambiance des marais. Presque déplacé tant on ne s’attendait pas à l’entendre.

- Excuse-moi de t'avoir fait tomber et excuse-moi de rire dans cette situation mais… C’est tellement… Ridicule, expliqua-t-il une fois qu’il eut repris son calme et que la jeune femme se fut levée, sans un mot. Je te promets de ne pas me raccrocher à toi, la prochaine fois que je déraperai, continua-t-il après s’être à son tour remis debout.

Ils reprirent leur marche en silence mais deux secondes plus tard, le Vagabond recommençait à parler, malgré la très forte impression qu’il avait et qui lui disait que ce n’était peut-être pas la chose à immédiatement faire après avoir ri comme il venait de le faire :

- Ou, mieux. Je promets de prendre garde à l’endroit où je mets les pieds, en dépit de l’obscurité affreuse qui nous entoure. Pas que l’obscurité m’effraie ou me fasse horreur, en temps normal. Simplement, je commence à la trouver assez fatigante, étant entouré de marais. Certes, ce n’est que par ma faute que je suis ici mais j’ai omis de te signaler que je pouvais être assez idiot. Et bavard, également.

Afin d’éviter de davantage noyer son auditrice sous ses paroles, bien qu’il la soupçonnât de ne pas vraiment l’écouter, il commença alors à compter mentalement le nombre de pas qu’il faisait. S’il ne veillait pas à ce qu’il faisait, il avait tendance à facilement s’emporter. Aucune limite ne lui avait jamais été posée par autrui. C’était à lui de le faire. Il le savait depuis de longues années et s’en sortait plutôt bien mais, là, dans cette situation étrange qu’il avait lui-même créée, il avait eu plus de mal à le faire. Le calme qu’il ressentait pourtant avant d’appeler Amy n’avait pas disparu et il ne se sentait pas vraiment mal à l’aise. Son cerveau lui avait simplement fait remarquer qu’il parlait trop alors il avait agi en conséquence.

___________________________

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Max
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
    Date de Naissance : 03/05/1988







Faites place à







MessageSujet: Re: « Missing persons 1 & 2 » - Amy & Max    Lun 18 Juin - 1:57

- Plus ou moins… En tout cas, prenant en compte le fait que je n’ai pas tardé à partir à ta recherche, il nous est facile de constater que cela ne m’a pas duré très longtemps.

Je ne pus m’empêcher un fin sourire de se dessiner sur mes lèvres tandis que nous continuions d’avancer, les yeux rivés sur le sol. J’eus tout juste le temps de songer que j’étais moi-même plutôt satisfaite d’avoir mis fin à ma solitude lorsqu’il me retourna la question :

- Et toi ? C’est également un besoin de solitude qui t'a incitée à venir errer au bord d’une route, en fin de journée, et à finalement consentir à être déposée à l’entrée d’un marais, l’un des endroits les moins accueillants, au monde ?

J’eus tout juste le temps d’ouvrir la bouche pour lui répondre spontanément que je me sentie soudain entraînée vers le sol, pour une raison que je mis un certain temps à réaliser. En effet, Maximilian avait dû glisser, ou se prendre le pied dans une racine quelconque et s’en trouvant déséquilibré, avait tenté de se retenir à moi, par réflexe. Mais la différence de poids entre nous – bien que je ne le trouvais pas spécialement enrobé – n’était pas assez réduite pour que je le retienne. Me retrouvant plus ou moins assise sur lui, je l’entendis rire, trouvant sans doute la situation plutôt drôle, et moi-même je me mis à sourire, amusée par le tour que prenaient les événements. Me relevant en silence, mon interlocuteur également remis sur pieds, il s’excusa, montrant une politesse sans doute enseignée depuis sa tendre enfance :

- Excuse-moi de t'avoir fait tomber et excuse-moi de rire dans cette situation mais… C’est tellement… Ridicule. Je te promets de ne pas me raccrocher à toi, la prochaine fois que je déraperai.

Une personne normalement constituée aurait aussitôt enchaîné que cela ne le ou la dérangeait pas, qu’il n’y avait pas de problème, puisque c’est ainsi que je le prenais. Mais mon humeur précédente n’avait pas encore complètement disparu, ainsi ne fis-je aucune réflexion, avançant de nouveau en silence. C’était en effet ridicule, et plutôt drôle, ce pourquoi j’avais souri, ce que le brun n’avait pas dû voir. Quelques secondes seulement étaient passées lorsque Maximilian reprit une nouvelle fois la parole :

- Ou, mieux. Je promets de prendre garde à l’endroit où je mets les pieds, en dépit de l’obscurité affreuse qui nous entoure. Pas que l’obscurité m’effraie ou me fasse horreur, en temps normal. Simplement, je commence à la trouver assez fatigante, étant entouré de marais. Certes, ce n’est que par ma faute que je suis ici mais j’ai omis de te signaler que je pouvais être assez idiot. Et bavard, également.

Je souris une nouvelle fois, un peu plus franchement, amusée. Ma bonne humeur revenait peu à peu, et je pouvais en remercier mon voisin qui parlait en effet pas mal. Habituellement, cela me dérangeait. Et s’il avait tenté de me parler autant lors de notre voyage jusqu’aux Marais, je lui aurais sans doute intimé de me laisser sur le bord de la route pour pouvoir être tranquille, même en n’ayant aucun moyen de transport après. Mais ce n’était plus le cas. Et je sentais même que le fait que Maximilian me soit plutôt étranger, et donc à mille lieues de me parler de sujets comme ce qui peut circuler au QG, m’aide. Bien que les Marais aient aussi une bonne part à ce que le calme et la neutralité me reviennent.

- A vrai dire, tu peux continuer de parler à ton gré, du moment que tu modères la vitesse à laquelle tu débites un flot de paroles, auquel cas je risque de ne plus suivre du tout, annonçais-je après quelques secondes de silence, amorçant un fin sourire que j’étais la seule à savoir présent sur ma bouche.

Etant un peu moins concentrée du fait de ma prise de parole, j’avais failli glisser à mon tour, mais avais pu conserver mon équilibre à l’aide de mes bras, arrêtant donc le jeune homme qui marchait à la même hauteur. Je ne pouvais attribuer qu’à la chance ou à un heureux hasard de ne pas l’avoir frappé en voulant rester sur mes deux pieds, et de seulement avoir légèrement percuté son torse. Une fois bien campée sur mes deux jambes, j’échangeais un sourire amusé avec Maximilian, n’avançant pas pour autant d’excuses à mon tour. Nous nous remîmes en marche avec une prudence exagérée ce qui me fit rire.

- J’avais également besoin de solitude, en effet, déclarais-je tout aussi subitement que doucement. Je voulais fuir toute présence humaine, tout besoin de toujours devoir se montrer cordiale et de faire la conversation. Je pense que j’avais besoin de m’éloigner, de me retrouver seule avec moi-même, où que ce soit, mais plus éloigné du secteur où j’ai l’habitude d’aller. Voilà comment je me suis retrouvée dans votre voiture, en direction des Marais.

Je n’avais pas ressenti le besoin d’apporter plus de détails ou d’amoindrir la situation, énonçant simplement l’état dans lequel je m’étais trouvée, sans aucune gêne. Je me sentais bien mieux à présent, comme ressourcée, bien que le terme ne m’ait jamais vraiment parlé. Il était peu dire que je ne m’attendais absolument pas à revenir à un tel état d’esprit après l’énervement et la lassitude survenus dans la soirée. Mais je n’allais certainement pas m’en plaindre.

___________________________


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
« You are perfect exactly as you are. With all your flaws and problems, there is no need to change anything.
All you need to change is the thought that you aren't good enough. »


Dernière édition par Amy Hilnavy le Sam 6 Avr - 21:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
    Date de Naissance : 18/09/1986







Faites place à







MessageSujet: Re: « Missing persons 1 & 2 » - Amy & Max    Dim 24 Juin - 20:56

Vingt-et-un. Vingt-deux. Vingt-trois. Vingt-quatre. Maximilian continuait de compter le nombre de ses pas. Il n’oubliait pas pour autant sa compagne de marche. Il l’entendait encore se déplacer à ses cotés et se demandait ce à quoi elle pouvait penser. Ce questionnement lui fit perdre le cours de son compte et il faillit s’arrêter, spontanément, pour pouvoir recommencer à zéro mais la voix d’Amy l’intima, sans le savoir, à poursuivre sa route :

- A vrai dire, tu peux continuer de parler à ton gré, du moment que tu modères la vitesse à laquelle tu débites un flot de paroles, auquel cas je risque de ne plus suivre du tout, dit-elle, gentiment.

Il semblait y avoir un sourire dans sa voix mais Max n’était pas sûr tant l’impression était fugitive. Il fut de toute façon distrait de cette pensée par un coup léger dans son torse, donné par l’un des bras de la jeune femme. Elle avait quelque peu glissé et avait réussi à retrouver son équilibre en battant des bras. Echangeant un sourire complice avec elle, le brun attendit qu’elle recommence à marcher avant de lui emboîter le pas et de remonter à son niveau. Ils étaient tous les deux pétris de précaution afin d'éviter de déraper à nouveau sur le sol humide et cela sembla amuser Amy car elle laissa échapper un rire avant de recommencer à parler, à voix plutôt basse.

- J’avais également besoin de solitude, en effet, déclara-t-elle en répondant à la question qu’il avait posé un peu plus tôt et dont il mit quelques secondes à se souvenir.Je voulais fuir toute présence humaine, tout besoin de toujours devoir se montrer cordiale et de faire la conversation. continua-t-elle.

Le fait qu’elle s’exprime aussi franchement plaisait à Max. Il avait l’impression d’être un peu mieux que ceux qu’elle fuyait, ainsi. De ne pas l’entraver dans les mille usages de politesse qu’il connaissait lui-même sur le bout des doigts et qu’il affectionnait utiliser. L’ironie était belle. Heureusement, il était le seul à en être conscient.

- Je pense que j’avais besoin de m’éloigner, de me retrouver seule avec moi-même, où que ce soit, mais plus éloigné du secteur où j’ai l’habitude d’aller, reprit-elle. Voilà comment je me suis retrouvée dans votre voiture, en direction des Marais.

La suite des paroles de la brune confortait le Vagabond dans sa sensation de supériorité et amenuisait l’ironie qu’il avait remarquée. Touché, il avait ainsi enterré le projet de dépouiller la jeune brune de quoique ce soit. Elle ne méritait pas cela. Elle avait gagné le droit de ne pas être confrontée au voleur qui sommeillait en lui et de seulement rencontrer Max, le simple jeune homme. De son point de vue, c’était une sorte de privilège puisque la plupart de ceux qui le connaissaient le voyaient sous le rôle de Max, le joueur ou Max, le voleur. Peu pouvaient se vanter d’avoir été en contact avec une autre de ses facettes. Néanmoins, il était clair qu’il n’y aurait de toute manière pas eu vraiment de quoi se vanter de cela. Passant machinalement le bout de ses doigts sur sa poche de jeans droite, le jeune homme se fit la réflexion que cela n’avait de toute façon aucune importance dans la situation présente et reprit la parole :

- Et ma présence ne te dérange pas ? demanda-t-il plus par réflexe que par réel intérêt puisqu’il avait déjà compris qu’Amy ne désirait pas le fuir.
Pensant que c’était ce genre de lieux communs idiots qui avait en partie donné envie à la jeune femme de quitter Londres et ses occupants, il se corrigea rapidement :

- Enfin.. J’ai cru comprendre qu’elle ne te dérangeait effectivement pas et sache que j’en suis plutôt content. Il fit une pause, pensif. Je ne sais pas exactement pourquoi mais c’est comme ça, j'en suis content, conclut-il, d’une voix un peu plus rêveuse.

Cinq secondes de silence passèrent et il ressentit l'irrépréhensible envie de rajouter quelque chose à ses propos. Se souvenant que ses tendances au bavardage ne gênaient pas la jeune femme, il céda à son envie.

- Personnellement, j’ai l’impression de me trouver hors de tout, ici, au marais, commença-t-il par dire lentement.

Il avait peur de passer pour un illuminé alors il ne chercha pas à expliquer plus précisément son sentiment et préféra essayer de rationnaliser sa phrase pour éviter qu’Amy ne le pense dérangé :

- Je ne sais pas si tu ressens cela comme ça, aussi… Peut-être que des vapeurs me sont simplement montées à la tête… Quoiqu’il en soit, comme je me sens hors de tout, je suis content d’être accompagné de toi que je ne connais pas parce que cela renforce ma sensation. Un peu comme si tu étais une sorte de divinité des marais… Il fit une grimace en entendant sa dernière phrase et rajouta : C’était un compliment. Je crois. Et là où je veux en venir, c’est que c’est peut-être pour cette raison que je suis content que tu ne me rejettes pas, au final…

Tournant la tête vers elle, il sourit, brusquement las d’avoir expliqué sa vision de la situation, mais un certain amusement présent dans ses yeux indiquait que sa lassitude ne serait que passagère.

___________________________

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Max
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
    Date de Naissance : 03/05/1988







Faites place à







MessageSujet: Re: « Missing persons 1 & 2 » - Amy & Max    Lun 25 Juin - 12:18

- Et ma présence ne te dérange pas ?

Je souris spontanément, la question ne m’étonnant pas vraiment, bien que le seul fait que je sois en train de lui parler répondait de lui-même. Je n’aurais pas répondu à ses appels quelques minutes auparavant si j’avais encore ressenti le besoin et l’envie de rester seule et je faillis lui en faire la remarque, mais il me devança :

- Enfin... J’ai cru comprendre qu’elle ne te dérangeait effectivement pas et sache que j’en suis plutôt content.

Maximilian se faisait donc les questions et les réponses tout à la fois, ce qui me fit sourire une nouvelle fois, bien qu’il ne le remarque pas puisque nous regardions tous deux devant nous en prenant garde à ne pas glisser une nouvelle fois.

- Je ne sais pas exactement pourquoi mais c’est comme ça, j'en suis content.

Je maintiens mes lèvres étirées en entendant ce qu’il venait d’ajouter d’un ton plutôt enchanté. Je n’avais qu’une vague idée sur la question, la principale cause à ce que je le supporte étant sans aucun doute que je ne le connaisse pas, pas vraiment. Je ne savais de lui que son nom, son statut de Vagabond et ce qu’il avait bien voulu me dire, soit son humeur maussade, qui avait visiblement disparu. Oh et je connaissais la marque de sa voiture. Mais je ne voyais pas tellement en quoi cette information m’était utile et préférais la reléguer au fond de mon esprit.

- Personnellement, j’ai l’impression de me trouver hors de tout, ici, au marais.

Je hochais doucement la tête, même s’il ne pouvait pas le voir, plus par automatisme qu’autre chose. Mais sans doute aussi parce que je voyais où il voulait en venir, en un sens. L’impression que j’avais dans ce lieu était différente d’habituellement, sans que je ne puisse l’expliquer. Peut-être avais-je juste comme la sensation d’être isolée, que le marais formait un monde à lui seul. Qui plus est, il ne semblait pas y avoir d’êtres humains autres que nous dans un périmètre assez large, ce qui me confortait assez dans mon illusion d’évoluer dans un autre monde.

- Je ne sais pas si tu ressens cela comme ça, aussi… Peut-être que des vapeurs me sont simplement montées à la tête… Quoiqu’il en soit, comme je me sens hors de tout, je suis content d’être accompagné de toi que je ne connais pas parce que cela renforce ma sensation. Un peu comme si tu étais une sorte de divinité des marais…

J’écoutais avec attention ce qu’il me disait, puisqu’il articulait suffisamment pour que je le comprenne, et je prêtais un réel intérêt à ses propos. J’étais parfaitement d’accord avec tout ce qu’il venait d’énoncer, excepté la dernière phrase, qui m’avait clairement surprise. Je faillis même ne pas rester assez concentrée sur les endroits où je posais mes pieds et glisser une nouvelle fois. Mais heureusement, il reprit aussitôt la parole, ce qui permit à mes pieds de reprendre leurs habitudes dans ses lieux en avançant prudemment.

- C’était un compliment. Je crois. Et là où je veux en venir, c’est que c’est peut-être pour cette raison que je suis content que tu ne me rejettes pas, au final…

Du coin de l’œil je le vis tourner la tête vers moi et j’en fis de même, toute aussi souriante que lui. Il n’ajouta rien, cette fois, et j’en conclus donc que je pouvais répondre à mon tour sans crainte de le couper.

- Je pense que le fait que tu me sois plutôt inconnu aide très largement à ce que je n’aie aucun mal à rester à discuter avec toi, commençais-je doucement.

Je ramenais ma tête à sa place initiale, bien qu’on ne puisse y voir à cinquante mètres. Maximilian ne me dérangeait nullement, mais j’aimais autant pouvoir me concentrer à la fois sur ma marche ainsi que sur ce que j’allais lui dire ensuite.

- Quant au marais, tu as parfaitement expliqué, je ne vois pas ce que je pourrais ajouter. J’ai, il me semble, le même genre d’impression que toi. Comme si nous étions coupés du monde, finis-je pensive.

Mes propos n’étaient peut-être pas des plus cohérents ni des plus compréhensibles, aussi n’attendais-je pas longtemps avant d’ajouter :

- Enfin, ce que je veux dire par là, c’est que je pense comme toi. Mais j’ai plutôt la sensation d’être dans un monde à part, ici, sans que cela ne soit celui des rêves pour autant, puisque je suis bien consciente que c’est la réalité.

J’avais rapidement froncé les sourcils, en parlant. Les mots sortaient d’eux-mêmes sitôt que la pensé me venait, ce qui m’étonnait vaguement. Je décidais de ne pas m’en soucier et de revenir à la situation présente, même si je n’avais rien d’autre à dire. C’était Maximilian, le plus bavard de nous deux, de toute manière. Même si cela ne me dérangeait pas de lui répondre parfois tout aussi longuement.

___________________________


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
« You are perfect exactly as you are. With all your flaws and problems, there is no need to change anything.
All you need to change is the thought that you aren't good enough. »


Dernière édition par Amy Hilnavy le Sam 6 Avr - 21:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






Faites place à

Contenu sponsorisé






MessageSujet: Re: « Missing persons 1 & 2 » - Amy & Max    

Revenir en haut Aller en bas
 

« Missing persons 1 & 2 » - Amy & Max

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naboo :: 
Présent
 :: Vers l'Infini et l'Au-delà :: Hors de Londres
-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit